Expositions en cours

Paysages dépossédés

Edith-Russ-Haus for Media Art, Oldenburg (Allemagne)

30.01 - 29.03.2020

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

L'exposition collective internationale Possessed Landscapes (qu’il vaut mieux traduire en français par Paysages « dépossédés » ou « capturés ») traite de la représentation artistique du paysage, mais pas dans sa représentation historique comme lieu de détente, comme outil allégorique ou comme substitut d'une beauté supérieure. Loin de là, l'exposition explore la relation entre l'homme et la terre au regard de l'extraction des ressources, de l'exploitation et de la colonisation.


Avec des œuvres de Viktor Brim, Tanja Engelberts, Rachel O’Reilly, Zina Saro-Wiwa, Zhou Tao









































 


















































English
Deutsch








Le titre de l’exposition, Possessed Landscapes, montre comment les concepts autochtones de la terre habitée par des ancêtres sont déplacés à cause de l’acquisition de terres par l’industrie pour une extraction illimitée, créant un paysage généralisé de cupidité et de déconnexion.


Les artistes invités s'investissent tous dans les territoires transformés par les technologies d'extraction industrielle à un point tel que l'adaptation à ces changements par les personnes qui y vivent est cobligatoire. Ceux qui habitent ces paysages dystopiques apparaissent souvent comme des corps étrangers - une position à laquelle ils ont généralement été contraints. L'exploitation des paysages représentée dans les œuvres commence souvent par l'expropriation des terres et la privation des droits des personnes qui y vivent.


Au centre de l'exposition se trouve l'œuvre récemment commandée à l'artiste allemand ouzbek Viktor Brim, qui enquête sur l'une des plus grandes mines de diamants du monde, la Mir en Yakoutie, en Russie. Dans Brim’s Imperial Machine (2020), un continuum est établi entre les politiques de ressources de l’Union soviétique de Joseph Staline et de la Fédération de Russie de Vladimir Poutine, en particulier à travers la mine de diamants Mir et en particulier dans leurs stratégies colonialistes. L'œuvre associe un film tourné sur place, une installation architecturale in situ et une nouvelle publication compilant les recherches d'archives de l'artiste sur la rhétorique soviétique et russe, ainsi qu'une sélection de matériaux. Alors que le film offre une réflexion complexe concernant l'impact des régimes successifs sur un site particulier, l'accent mis par Brim sur la Sibérie invite également à une réflexion plus large sur l'extraction des ressources à l'échelle mondiale.

















Exposition du 30 janvier au 29 mars 2020. Edith-Russ-Haus for Media Art, Katharinenstraße 23- 26121 Oldenburg (Allemagne). Tél.: +49(0)441/235-3208. Ouverture du mardi au vendredi de 14h à 18h, samedi et dimanche de 11h à 18h.











 







 











 





 



























 





 











Paysages dépossédés, Edith-Russ-Haus for Media Art, Oldenburg

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2020. Tous droits réservés

 Viktor Brim, Dark Matter (film still), 2020. Courtesy to the artist.

Viktor Brim, Dark Matter (film still), 2020. Courtesy to the artist.

Le Gas Imaginary de Rachel O’Reilly (2013-2019) est un projet de recherche à long terme récemment achevé présenté en première en Allemagne dans le cadre de l'exposition Possessed Landscapes. Alors que l'Australie devient le premier exportateur mondial de gaz fossile et que l'UE prévoit d'augmenter ses importations, les communautés des Premières nations de la colonie de colons sont en première ligne des plans gaziers qui menacent sans précédent les eaux souterraines anciennes, le droit et la culture. Fréquemment présente dans le pays de Gooreng Gooreng et en dialogue avec des universitaires autochtones et des militants de la Protect Country Alliance, Rachel O’Reilly présente des diagrammes poétiques, des films 3D, des plans d'entreprise et des images de drones activistes, utilisés pour expliquer le rôle des modèles raciaux de propriété des colons dans la contribution aux écocides actuels et aux crises planétaires violemment inégales. Dans le contexte des paysages possédés, les animations d'O'Reilly avec Pa.LaC.E et Sebastian Bodirsky bâtissent une relation fascinante avec le travail de Brim, car le projet Mir représente le modèle moderne de l'extraction verticale et la glorification de l'abus des terres, tandis que The Gas Imaginary considère la nature horizontale de la fracturation, un type d'extraction toxique dans le cadre du projet colonial, qui se poursuit aujourd'hui sous des formes nouvellement évasives.


L'exposition se concentre également sur la juxtaposition d'images de propagande qui dépeignent l'exploitation industrielle comme une histoire «d'aventure» (voir les arguments de vente de l'industrie de la fracturation hydraulique et du projet d'extraction de diamants en Russie) avec les représentations des artistes sur les relations par lesquelles ces paysages - à la fois sociaux et environnementaux - sont nés.


L'imagerie capturée par drone, mode de photographie récemment rendu possible grâce aux technologies émergentes, apparaît souvent dans les projets exposés, non pas en raison des perspectives spectaculaires qu'il capture en plein ciel, mais plutôt parce que les drones sont des outils abordables et largement disponibles pour la médecine légale civile, dans les enquêtes sur les pratiques industrielles et l'état des écosystèmes. Ces images sont utilisées dans Hollow (2019) de Tanja Engelberg, une œuvre vidéo basée sur les recherches actuelles de l'artiste sur une île hollandaise artificielle. L'île a la forme d'une digue annulaire et sert de décharge pour les boues des eaux néerlandaises contaminées par des substances toxiques.


Le film de Zhou Tao, Fán Dòng (The Worldly Cave) (2017), évoque divers endroits à travers le monde. La vidéo - qui n'a ni scénario ni récit - dépeint des personnes et des animaux s'adaptant à la vie dans des conditions changeantes, ainsi qu'un paysage en constante transformation. Les paysages de Fán Dòng semblent en quelque sorte synthétiques, tandis que la vie organique représentée et les expériences des corps se déplaçant au sein de ces infrastructures technologiquement développées s'entrelacent de façon transparente alors qu'ils subissent individuellement et collectivement une sorte de transformation incessante.


Karikpo Pipeline (2015), une installation vidéo à cinq écrans de Zina Saro-Wiwa, a été tournée à Ogoniland, au Nigéria, célèbre pour ses plaines riches en pétrole. La compagnie pétrolière Royal Dutch Shell a capitalisé sur cette ressource de 1958 à 1994, vidant la terre de son pétrole sans se soucier des habitants ou de l'environnement. À partir de ce site de discorde, l'installation vidéo poétique de Saro-Wiwa évoque les imbroglios culturels et spirituels de la terre.


Les œuvres de Possessed Landscapes abordent de diverses manières le fort contraste entre les concepts capitalistes et autochtones de la terre. Elles juxtaposent les idées capitalistes de la terre comme quelque chose qui appartient aux gens - une «nature bon marché» à exploiter sans rien offrir en retour - et les perspectives de divers groupes autochtones qui refusent de telles relations parasitaires et soutiennent que les humains sont plutôt ceux qui appartiennent à la terre.