Expositions en cours

Bulletin météo : prévoir l’avenir

KIASMA, Helsinki (Finlande)

31.01 - 16.08.2020

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

L'exposition Weather Report: Forecasting Future (Bulletin météo : Prévoir l’avenir) au Musée d'art contemporain Kiasma a pour objet les relations complexes et variées entre l'homme et le non-humain à une époque où le changement climatique et l'extinction massive menacent l'avenir de la vie sur Terre. Lorsqu'ils imaginent l'avenir, les humains ont la responsabilité de reconnaître les liens multi-spécifiques et la nécessité de renégocier les relations interspécifiques existantes.

L'exposition Weather Report: Forecasting Future explore les relations entre les humains et les autres formes de vie. Son hypothèse principale est que, pour construire l'avenir, nous devons approfondir notre compréhension de la façon dont les espèces interagissent et dépendent les unes des autres.










































 


















































English








Les artistes invités donnent une visibilité à des formes de vie qui sont souvent méconnues des humains. Des organismes tels que les microbes, les algues et les insectes vivent parmi nous, mais leur présence reste souvent insoupçonnable en raison de leur petite taille ou de leur rythme lent. Ces créatures non humaines sont à la fois l'objet et les co-auteurs des œuvres de cette exposition. Weather Report invite les visiteurs à mettre leurs sens à l'épreuve de la coexistence des humains et de leurs voisins plus qu'humains et à réfléchir sur la relation entre leur propre corps et d'autres formes de vie.


Les artistes


Le collectif d'artistes finlandais nabbteeri commence généralement par cartographier l'endroit où ils sont temporairement installés. Ils rassemblent les matériaux présents sur place et intègrent des objets recyclés qui évoluent en installations maillées. Leurs œuvres sont des compositions basées sur des interactions entre les artistes et d'autres choses, y compris des organismes non humains.

Dans le Pavillon Nordique, les nabbteeri ont exploré la réalité du pavillon et des Giardini. L'hospitalité qui a été à la fois montrée et rejetée par le bâtiment lui-même a été mise en balance, en particulier les piques anti-pigeons qui signalent le caractère indésirable de ces oiseaux dans le bâtiment. À Kiasma, l'installation de nabbteeri se concentre sur une présence plus qu'humaine dans l'environnement d'un musée. La vidéo à 2 écrans est un récit fragmenté de rencontres avec les autres êtres vivants, suivant le fil des saisons et des habitations, dans le format d'un journal intime.


La Norvégienne Ane Graff crée des œuvres qui combinent ses recherches sur les matériaux avec un large éventail de disciplines de recherche, comme la microbiologie et la chimie. À travers ses installations, elle confronte les classifications prétendument stables, fondées sur la science et la culture, tout en se demandant comment les notions d'exceptionnalisme humain et de pensée dualiste sont liées à la crise écologique.

Les états d'inflammation dans les travaux de Graff font référence aux liens entre le changement climatique, les sociétés occidentales aspirées par la croissance économique, l'épuisement du microbiote intestinal et la propagation des maladies inflammatoires. Son installation permet d'observer comment le corps humain est impliqué avec d'autres organismes, comme les bactéries, ainsi qu'avec la toxicité de l'environnement.


La Suédoise Ingela Ihrman associe imagination, techniques artisanales, sensations et expériences personnelles dans ses objets, images et textes en mouvement. S'appuyant sur la tradition de la performance féministe, elle utilise son propre corps pour analyser de manière critique les divisions culture-nature et pour ouvrir le regard masculin et scientifique dominant à des horizons queer. Lier son propre corps à divers mondes matériels ou émuler leur cycle de vie peut favoriser une meilleure compréhension des différentes relations entre les éléments du vivant.

Son installation d'algues retrace l'histoire des origines liquides des corps humains et des liens existants entre diverses formes de vie. Silencieux, des objets de grande taille invitent les visiteurs de l'exposition à vivre une expérience corporelle. En s'alliant à des mondes communément considérés comme autres, il est possible de transgresser les concepts limitatifs et de reconsidérer les notions d'appartenance et de coexistence.


L'exposition est organisée par le directeur de Kiasma, Leevi Haapala, et la commissaire Piia Oksanen.


Weather Report a été présenté pour la première fois au Pavillon Nordique de la Biennale de Venise 2019. L’exposition a été produite par Kiasma et mise en scène dans le cadre d’une collaboration nordique entre Kiasma, le Moderna Museet de Suède et l’Office for Contemporary Art Norway (OCA). Après l'étape à Kiasma, l'exposition sera déplacée au musée d'art moderne Kuntsi à Vaasa.


L'exposition Weather Report: Forecasting Future est soutenue par la Fondation Jane et Aatos Erkko, la Fondation Saastamoinen et le ministère de l'Éducation et de la Culture.

















Exposition du 31 janvier au 16 août 2020. Musée d'art contemporain Kiasma, Mannerheiminaukio 2 - 00100 Helsinki (Finlande). Ouverture du mardi au vendredi de 10h à 20h30, le samedi de 10h à 18h, le dimanche de 10h à 18h. Fermé le lundi.













 







 











 





 



























 





 











Bulletin météo : prévoir l’avenir, KIASMA, Helsinki

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2020. Tous droits réservés

View of Weather Report: Forecasting Future in the Nordic Pavilion in Venice. Photo: Finnsh National Gallery / Pirje Mykkänen.



View of Weather Report: Forecasting Future in the Nordic Pavilion in Venice. Photo: Finnsh National Gallery / Pirje Mykkänen.