Archives 1er semestre 2022

Nature et Proie – Histoires coloniales et cartographies

Parco Arte Vivente, Turin (Italie)

19.03 - 29.05.2022

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


Le PAV Parco Arte Vivente est heureux de présenter l'exposition collective Nature and Prey, qui aborde le sujet de la mémoire coloniale à travers les œuvres d'une jeune génération d'artistes italiens : Irene Coppola, Edoardo Manzoni, Daniele Marzorati et Alessandra Messali.


Loin d'être une condition innée, inconsciente de ses circonstances, être une proie est une position conférée par rapport à d'autres sujets, objet de la stratégie délibérée du prédateur. On peut affirmer que quelque chose devient proie – et donc chassable – par un processus de distinction, de hiérarchisation ou d'exclusion des ordres acceptés.











































 


















































English
























Expositions en cours et à venir

Afin de tracer une théorie de la proie, il est nécessaire de considérer à la fois la politique de la représentation humaine et extra-humaine et les manières dont le pouvoir construit les identités sociales à travers la répression. Par rapport aux autres stratégies de conflit, la chasse n'est pas une bataille entre partenaires égaux mais nécessite un déséquilibre original compte tenu de la suprématie factuelle du chasseur. Considérer aujourd'hui nos mémoires coloniales, italiennes et autres, ne signifie pas seulement traiter d'un passé oublié ou refoulé : les formes d'oppression que l'on croyait avoir reléguées au temps de l'esclavage et des plantations ressurgissent dans les reconfigurations néo-archaïques favorisées par le pouvoir de la politique économique néo-libérale.

Le mot proie, qui, en italien, a la même étymologie que le verbe prendere (prendre), est toujours quelque chose qui s'acquiert par la violence et la capture et est un acte que nous avons légitimé et attribué à la nature. Construire une théorie des proies peut être un outil important pour aborder la réalité dramatique de la mémoire coloniale : les quatre artistes émergents invités à participer à l'exposition ne sont pas des naturalistes mais les archéologues d'une histoire sociale de la nature et ils enquêtent en travaillant sur les représentations de l'exotisme, de la chasse et des expériences coloniales sur les plantes.

Les scènes de chasse d'Edoardo Manzoni, les pièges et les cris d'oiseaux reflètent la façon dont la violence des images produites en Afrique pendant la période coloniale est rendue esthétiquement acceptable. La représentation des « bêtes » vaincues et abattues opère comme un dispositif d'exotisation de la chasse au gros gibier, une métaphore de l'assujettissement des populations. Le projet de Daniele Marzorati retrace certains des signes physiques du passé colonial refoulé dans les territoires italiens, une recherche photographique qui active les liens entre le pouvoir régulateur des histoires officielles et des objets apparemment neutres, en observant les liens entre le fascisme, le colonialisme et le racisme, en utilisant le concept de « race » et de « racialisation », tel qu'exprimé par Mellino ou, en d'autres termes, de la hiérarchisation au moyen de l'idéologie de la « race » qui imprègne de manière invisible la structure sociale italienne. EMILIO SALGARI AND THE TIGER—A Story Written in Far Away Italy, Set in Guwahati 187, d'Alessandra Messali, est le résultat d'une recherche menée par l'artiste dans l'État indien d'Assam. L'auteur populaire Emilio Salgari (1862-1911) n'a jamais voyagé en dehors de l'Italie, bien qu'il ait écrit plus de 200 récits d'aventures se déroulant dans des lieux «exotiques»: l'un d'eux est Guwahati (en Assam), une zone contrôlée par les colonialistes britanniques. Le projet est une expérience dans laquelle les différences entre le texte et le contexte que l'on trouve dans les livres de Salgari sont utilisées comme outils de réflexion sur la logique de la représentation culturelle et sur ce que signifie être représenté. Enfin, Irene Coppola présente Habitat 08°N, créé en étroite collaboration avec la communauté indigène de Guna Yala (Panama) en collaboration avec l'architecte Vito Priolo : à partir de la culture matérielle locale, un codex de souvenirs est constitué, qui peut pour raconter l'histoire du territoire, dater les peuplements et cartographier les migrations et les déplacements.

Les artistes : Irene Coppola (avec Vito Priolo), Daniele Marzorati, Edoardo Manzoni, Alessandra Messali

Commissaire d’exposition : Marco Scotini.

La Natura e la Preda ouvre le programme d'expositions du PAV pour 2022. Cela se poursuivra avec les expositions personnelles d'œuvres d'Elena Mazzi et de Regina José Galindo.


L'exposition a été réalisée avec le soutien de la Compagnia di San Paolo, de la Fondazione CRT, de la Regione Piemonte et de la Ville de Turin.












Exposition du 19 mars au 29 mai 2022.Parco Arte Vivente (PAV), Via Giordano Bruno 31 - 10134 Turin (Italie). T +39 011 318 2235.




 







 











 





 



























 





 











Daniele Marzorati, Of the darker to the lighter, 2021. Thanks to Museo Friulano di Storia Naturale, Udine. Courtesy of the artist and PAV Parco Arte Vivente




Nature et Proie – Histoires coloniales et cartographies, PAV, Turin, Italie

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2022. Tous droits réservés