Archives 1er semestre 2014

Mike Nelson, Amnesiac Hide

The Power Plant, Toronto (Canada)

01.02 - 19.05.2014

Précédent Suivant

English


Traduction du communiqué de presse E-Flux

 


La Power Plant présente la première exposition personnelle à Toronto des installations de l'artiste britannique Mike Nelson, dont deux nouveaux projets commandés et produits par la galerie : Double negative (the Genie) (2014) et Gang of Seven (2013). On y découvre aussi Eighty circles through Canada (the last possessions of an Orcadian mountain man) (2013) et l’installation monumentale Quiver of Arrows (2010).
















Mike Nelson, Amnesiac Hide, The Power Plant, Toronto

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

Exposition du 1er février au 19 mai 2014. The Power Plant, 231 Queens Quay West – Toronto, Ontario M5J 2G8 (USA). Tél. : +1 416 973 4949. Ouverture du mardi au dimanche de 10h à 17h, nocturne le jeudi jusqu’à 20h.






Nelson imagine que les détritus collectés, recrachés par l'océan, constituent le langage matériel d'une entité intelligente, un peu comme celle émergeant dans Solaris, le célèbre roman de science-fiction spéculatif de Stanislaw Lem, où les scientifiques étudiant la surface océanique rencontrent leurs propres souvenirs refoulés et perdus.

À l’origine, Nelson a commencé à travailler avec ces concepts après la mort inattendue de son ami et collaborateur Erlend Williamson. En 1996, celui-ci est décédé lors d’une chute en grimpant dans les Highlands écossais, à l'époque où Nelson travaillait sur sa première ébauche de ce qui allait devenir The Amnesiacs. La mémoire de Williamson traverse l'exposition, apparaissant dans l’oeuvre Double negative (the Genie). Ici, Nelson crée un environnement élaboré pour ressembler à un environnement de bureau rudimentaire où des pages photocopiées à partir d'un récit de voyage inédit rappelant Williamson sont agrandies et collées ensemble. Les enquêteurs invisibles de ce texte semblent naviguer dans leur propre parcours psychologique passé, à la recherche de la vérité dans la preuve matérielle d'une histoire illustrant une époque révolue.

Le Carquois de flèches (Quiver of Arrows) de Nelson est une installation monumentale construite à partir de quatre remorques de voyage soudées ensemble pour former un espace clos où les visiteurs peuvent pénétrer. Alors que l'extérieur de la remorque apparaît comme un concept clair de l’Amérique du Nord pour les loisirs et les voyages, Nelson rend les véhicules inutilisables, leur ôtant les roues et des parties de leur corps. Le public circule à l'intérieur de l'œuvre en passant dans les espaces rudimentaires des habitacles, où les objets et tableaux mettent en évidence l'altérité culturelle et idéologique de leurs anciens habitants. L’intérêt premier de Nelson pour ces formes d'aluminium étincelantes du futur était leur ressemblance avec les wagons couverts de la première phase des pionniers – ce qui n’est pas une comparaison déraisonnable du fait que le plus ancien élément de la construction remonte à 1939. Compte tenu de la taille et de la portée de cette installation, The Power Plant n’est que la deuxième galerie à pouvoir exposer Le Carquois de flèches.

Mike Nelson, né en 1967 à Loughborough au Royaume-Uni, vit et travaille à Londres. Il a été finaliste du Prix Turner en 2007 et 2001 et a reçu le prix Paul Hamlyn en 2001. Il a représenté la Grande-Bretagne à la 54e Biennale de Venise et récemment reçu des commandes d'institutions, comme la National Gallery du Danemark à Copenhague (2009), la Biennale d'Istanbul (2009) et Creative Time, New York (2007). Nelson a beaucoup exposé à travers le monde et son oeuvre intègre de nombreuses collections publiques et privées.

Commissaire d’exposition : Julia Paoli







Mike Nelson, Quiver of Arrows, 2010. Mixed media. Courtesy the artist and 303 Gallery, New York. Mike Nelson, Quiver of Arrows, 2010. Mixed media. Courtesy the artist and 303 Gallery, New York.

Mike Nelson, Quiver of Arrows, 2010. Mixed media. Courtesy the artist and 303 Gallery, New York.


Les quatre installations présentées sont liées par l'intérêt profond de Nelson pour les déplacements, évoquant des images de voyages routiers à travers le paysage nord-américain ainsi que des voyages psychologiques. Dans chaque salle, Nelson a soigneusement élaboré un tableau complexe qui semble jonché de restes d'anciens habitants après un départ inexpliqué. L'absence de présence humaine est rendue tangible dans l'œuvre de Nelson, et imaginer les occupants invisibles de ces espaces apparemment abandonnés est au centre de ses étranges environnements.

Dans ses nouvelles œuvres, Nelson revisite les idées et les formes d’abord élaborées dans The Amnesiacs, un projet de série débuté en 1996, qui fait référence à un gang de motards fictif du XXe siècle. Construit entièrement avec des matériaux recueillis sur les plages autour de Vancouver, Gang of Seven voit ce casting itinérant de caractères se réunir comme des interprètes déchiffrant le matériel collecté en créant des assemblages apparentés à une forme de mémoire décousue ou un retour de flamme.