Le projet Anthopocene
Maison des cultures du monde, Berlin (Allemagne)

10.01.2013 - 31.12.2014


Précédent Suivant

English
Deutsch


Traduction du communiqué de presse E-Flux


« La nature telle que nous la connaissons est un concept qui appartient au passé. Non plus une force distincte et ambivalente de l’activité humaine, la nature n’est ni un obstacle ni un « autre » harmonieux. L’humanité constitue la nature. Humanité et nature ne font qu’un, intégré dans le récent enregistrement géologique. »


Tel est le principe fondant la thèse anthropocène, annonçant un changement de paradigme dans les sciences naturelles ainsi que la production de nouveaux modes de pensée pour la culture, la politique et la vie quotidienne. Popularisée par le prix Nobel de chimie Paul Crutzen, l’hypothèse de l’Anthropocène comme notre époque géologique actuelle repose sur l’affirmation selon laquelle l’humanité constitue la force motrice de la transformation planétaire. Durant les deux années qui viennent, HKW va effectuer une exploration de cette hypothèse et de ses multiples implications.

Projet Anthopocène,
du 10 janvier 2013 au 31 décembre 2014. Haus der Kulturen der Welt, John-Foster-Dulles-Allee 10 - 10557 Berlin (Allemagne). Ouverture des expositions du mercredi au lundi de 11h à 19h.



Illustration © Benedikt Rugar, 2012

Le Projet Anthropocène s’ouvre avec un colloque de 4 jours, réunissant du 10 au 13 janvier 2013 des penseurs de renom, des artistes, des cinéastes, des scientifiques et des universitaires pour des rencontres, discussions et débats autour de multiples idées. Des positions fondamentales, des enjeux et implications issus de « l’âge de l’humanité » seront pris en compte : si l’opposition entre l’humanité et la nature a été dissoute, quelles voies doit-on suivre pour modifier nos points de vue et nos perceptions acquises ? Où tracer les frontières d’un « jardin planétaire » en perpétuelle croissance ? Est-il nécessaire de reconsidérer la nature de l’économie, ou devrions-nous assigner à la nature sa propre économie ? Quel impact peut avoir l’Anthropocène sur les décisions politiques globales ? Quelle image de l’humanité s’ébaucherait si la nature apparaît dans l’image de l’homme, comme si elle était humaine ?

Les rencontres inaugurales utilisent de multiples cadres pour faciliter présentation, discussion et réflexion. Organisées autour des thèmes ‘Perspectives’, ‘Temps’, ‘jardins’, ‘Oikos’ et ‘Techné’, cinq ‘îlots’ proposent des panoramas transdisciplinaires et des exemples de situations où notre implication dans le monde peut avoir lieu. Les discours d’ouverture évoqueront les capacités socio-politiques, philosophiques et créatrices de la thèse Anthropocène pour mobiliser la planète. Des questions pointues et des opinions provocatrices autour de l’Anthropocène seront échangées dans une série de dialogues. Des interventions artistiques spécialement demandées présenteront des œuvres visuelles, spatiales et poétiques mettant particulièrement en évidence les dimensions cosmologiques de la thèse Atnhropocène. Un forum de recherche réunira des chercheurs et des experts afin de débattre de leurs projets en cours. Une ‘cuisine métabolique’, intervention architectonique culinaire élaborée par raumlaborbelin, proposera une expérience sensorielle de relations sociales abordée par des processus métaboliques.

Parmi les participants : Akeel Bilgrami, Arno Brandlhuber, Christina von Braun, Claire Colebrook, Dipesh Chakrabarty, Lorraine Daston, Erle Ellis, Harun Farocki, Kodwo Eshun, Renée Green, Nikolaus Geyrhalter, Aldo Haesler, Ursula K. Heise, Rem Koolhaas, John Law, Xavier Le Roy, Emma Marris, Gloria Meynen, Elizabeth A. Povinelli, raumlaborberlin, Daniel Rosenberg, smudge studio, Will Steffen, Michael Taussig, Paulo Tavares, John Tresch, Eyal Weizman, Cary Wolfe, Jan Zalasiewicz.


Pour plus d’informations : www.hkw.de/anthropocene

Le projet Anthopocene, Maison des cultures du monde, Berlin

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés

Archives 1er semestre 2013