Expositions en cours

Le monde à venir: l’écologie nouvelle politique pour 2030-2100

Garage Musée d’art contemporain, Moscou (Russie)

28.06 - 01.12.2019

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

Lors de la Journée de la Terre, le Garage Museum of Contemporary Art de Moscou a annoncé les points forts de sa prochaine exposition Le monde à venir: l'écologie, une nouvelle politique 2030-2100, qui se déroulera du 28 juin au 1er décembre et constitue la première grande exposition explorant en Russie les sujets de l'écologie et de l'environnement.









































 


















































English








Le monde à venir: l’écologie nouvelle politique pour 2030-2100, Garage, Moscou

Le monde à venir: l'écologie en tant que nouvelle politique 2030-2100 est un projet ambitieux qui rassemble les œuvres de plus de 50 artistes et occupera l'intégralité de l’édifice conçu par Rem Koolhaas, situé dans le parc Gorky. Le monde à venir explore l’avenir, qui est en train de se faire, ce qui nous attend: un avenir où les questions d’écologie occuperont une place prépondérante dans les préoccupations politiques.

Les artistes participants : Kim Abeles, Doug Aitken, John Akomfrah, Allora et Calzadilla, Maurizio Cattelan, Le Corbusier, Ensemble d'art critique, Driessens et Verstappen, Karel Dujardin, Max Ernst, James Ferraro, doigt de Gruppe, Bill Fontana, Hayden Fowler, Gints Gabrāns, Gnezdo (Nest), Hans Haacke, Huang Yong Ping, Mella Jaarsma, Helge Jordheim, Sergei Kishchenko, Lawrence Lek, Mikhail Matyushin, Eadweard Muybridge, groupe Numen / For Use, Alexander Obrazumov, Dan Perjovschi, Lia Perjovschi, Lia Perjovschi, Patricia Piccinini, Sascha Pohflepp, Anastasia Potemkina, Laure Prouvost, Jon Rafman, Rimini Protokoll, Pamela Rosenkranz, Martha Rosler, Boryana Rossa et Oleg Mavromatti, Salomon van Ruysdael, Tita Salina, Tomás Saraceno, Gerry Schum, Susan Schuppli, Duncan Sors, Studio Drift, Sun Yuan et Peng Yu, Elin Már Øyen Vister, Ben Woodard, Wooloo et Tori Wrånes.

Le titre évoque une période de temps entre deux dates, l'une suggérée par la science populaire, l'autre par la science-fiction. Certains penseurs (dont l'écologiste et démographe réputé Paul R. Ehrlich) ont prédit que les réserves de pétrole de la Terre seraient épuisées d'ici 2030, et 2100 est la date à laquelle Arthur C. Clarke, dans les années 1960, avait prédit que l'humanité habiterait dans une autre galaxie et atteindrait l'immortalité. En examinant l’avenir spéculatif et les prédictions qui ne sont plus considérées comme exactes, l’exposition met en lumière l’incertitude de nos connaissances sur les événements à venir, tout en suggérant une compréhension performative de l’avenir tel qu’il se construit aujourd’hui.

Le projet débutera avec l’installation vidéo à six canaux Purple de John Akomfrah (du 15 juin au 17 novembre). En utilisant des images d'archives et de nouveaux films provenant de plusieurs continents, l'artiste britannique a créé une épopée impressionnante sur le réchauffement climatique et ses effets sur la vie humaine et la biodiversité de la planète.

L'exposition présentera également des œuvres historiques qui ont marqué plusieurs tournants dans les relations de l'humanité avec la nature: des tapisseries du XVIe siècle qui présentaient pour la première fois la nature comme un phénomène indépendant du contrôle humain, et l’avènement du paysage comme genre au XVIIe siècle, le siècle de la peinture hollandaise. Ce programme intègre également le mouvement de la «culture organique» au sein de l'avant-garde russe et l'invention du land art en 1969, qui ont fait de la nature elle-même un média artistique. L'émergence du land art a coïncidé avec un regain d'intérêt pour la protection de l'environnement, qui a conduit à l'élaboration de politiques écologiques. Au cours du demi-siècle qui a suivi, l’art a traversé différentes étapes dans sa relation avec l’écologie: de l’objectivation à la perception en tant que système (Hans Haacke's Circulation) et de l’ironie (Une minute de non-souffle pour la protection de l’environnement du groupe Gnezdo) aux solutions pratiques pour la vie quotidienne, comme celles suggérées par le collectif danois Wooloo.

L'exposition a été développée en dialogue avec des artistes et des activistes et repense les pratiques d'exposition d'un point de vue écologique. La conception de l’exposition s’efforce d’être écologique en réutilisant les structures et les matériaux de projets antérieurs à Garage. Une grande partie du travail de Doug Aitken, de Critical Art Ensemble, de Martha Rosler et de Tita Salina sera réalisée ou reconstituée sur place conformément aux instructions des artistes, ce qui permettra de réduire l’empreinte carbone des projets. Une quinzaine de pièces seront produites spécialement pour l'exposition. D’autres projets présenteront des stratégies artistiques impliquant une action sociale directe, comme le Human Hotel (www.humanhotel.com), communauté ouverte de Wooloo.

Engagée dans l'idéal d'une consommation responsable, l'équipe du projet a choisi de ne pas produire de guide d'exposition en papier pour The Coming World, remplacé par un catalogue électronique, des guides audio et mobiles dans l'exposition et un dictionnaire vidéo de termes environnementaux en russe. Langue développée par le département des programmes du département des musées.ig

L'atrium du musée accueillera les cafards géants de la commande
Atrium de Huang Yong Ping, qui fait référence au débat sur la cuisine entre le vice-président américain Richard Nixon et la première secrétaire soviétique Nikita Khrouchtchev à l'exposition nationale américaine de Moscou en 1959.Parmi les autres installations immersives de grande envergure dans l'exposition  : The Garden de Doug Aitken, le protocole WIN > <WIN de Rimini, et «  Pourriez-vous me passer le sel, s'il vous plaît?  » d’Anastasia Potemkina.

L'artiste norvégienne Tori Wrånes présentera une performance in situ dans le cadre de l’inauguration de l’exposition Garage Live. L’accent mis sur les œuvres de performance dans The Coming World (Sun Yuan & Pengyu, Hayden Fowler, Mella Jaarsma) est une tentative de faire ressortir une expérience plus vécue et ressentie du monde en relation avec de nouvelles notions du «naturel».

L’exposition sera également accompagnée d'une nouvelle commande importante de Garage Square,
Graft, d'Allora & Calzadilla, juste à l'extérieur du bâtiment. Graft est une installation transcendantale qui utilise la poésie et la science pour provoquer une visualisation à la fois subtile et puissante de la crise écologique à laquelle nous devons tous faire face. Les visiteurs de Garage Square découvriront une floraison simulée d'arbres Roble Amarillo (Tabebuia chrysantha), une espèce indigène commune des Caraïbes. Des milliers de fleurs artificielles resteront éparpillées sur la place du garage tout au long de l’été et de l’hiver pour rappeler de manière durable la disparition de plus en plus rapide de la biodiversité de la planète.

Le monde à venir: l'écologie en tant que nouvelle politique 2030-2100 est organisée par Snejana Krasteva et Ekaterina Lazareva.

L'installation
Purple de John Akomfrah a été commandée par le Barbican (Londres) et co-commandée par Bildmuseet Umeå (Suède), TBA21 — Academy (Vienne), l'Institut d'art contemporain (Boston), le Museu Coleção Berardo (Lisbonne) et le Garage Musée d’Art contemporain.
















© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2019. Tous droits réservés

Dan Perjovschi,  Drawing for the exhibition The Coming World: Ecology as the New Politics 2030–2100, 2018. Courtesy of the artist

Dan Perjovschi,  Drawing for the exhibition The Coming World: Ecology as the New Politics 2030–2100, 2018. Courtesy of the artist


Exposition du 28 juin au 1er décembre 2019. Garage Musée d'Art Contemporain, Gorky Park, 9/32 Krymsky Val St. - 119049 Moscou (Russie). T +7 495 645 05 20. Ouverture du lundi au dimanche de 11h à 22h.