Archives 1er semestre 2019

Licht Luft Schieße - Perspectives sur l’écologie et la modernité

Berlin (Allemagne)

23.06 - 27.10.2019

Suivant

Communiqué de presse

 










































 


















































English








Licht Luft Scheiße - Perspectives sur l'écologie et la modernité explore une série de concepts et de pratiques du XXe siècle qui correspondent à nos idées actuelles en matière de durabilité. Ce sont à la fois des références historiques et des points de départ pour des réflexions nouvelles ou actualisées sur des modes de vie différents dans le monde globalisé. Face à la destruction continue de la planète Terre, nous devons repenser fondamentalement nos relations avec la biosphère et tous les êtres non humains.

La question écologique n'est pas une nouveauté. Face à la croissance industrielle et à l'urbanisation tentaculaire dues au capitalisme, de nombreux «mouvements de réforme» ont été lancés il y a plus de cent ans: des associations de coopératives de résidents aux courants anarcho-syndicalistes, du jardinage urbain autosuffisant à l'agriculture écologique, en passant par les concepts de recyclage des déchets. Ces innovations reposaient en partie sur les connaissances prémodernes et leur importance a été plus clairement mise en évidence lors des crises économiques et sociales qui ont suivi la Première Guerre mondiale. Elles reflètent non seulement une appréciation systémique de l’interaction des êtres humains et de l’environnement, de la nature et de la technologie, mais aussi une prise de conscience croissante à l’époque, partant du constat que l’époque moderne porte en elle les germes de sa propre destruction. En outre, le Bauhaus, bien que son programme architectural soit très éloigné des préoccupations écologiques, reste profondément préoccupé par la relation entre la bio-philosophie et le fonctionnalisme, poursuivant une pratique de conception fondée sur des structures et des processus naturels.

La phase de recherche de deux ans du projet se termine actuellement par deux expositions associant une production d’art contemporain et des archives, ainsi qu’un programme indépendant parallèle d’éducation et de sensibilisation. Ces trois aspects du projet, ainsi que de nombreux événements et publications complémentaires, traitent du passé et du présent du mouvement écologique, du développement urbain socio-écologique, de la culture maraîchère et de la recherche sur les plantes et les sols.


Nachbarschaftsakademie [Académie de quartier] au Prinzessinnengarten Kreuzberg


La crise écologique mondiale et ses répercussions sociales soulèvent également des questions sur les nouvelles formes d'éducation. Quel type d’avenir se prépare - un avenir dans lequel nous partageons la responsabilité de la vie sur cette planète ou un futur de destruction accélérée? En 2015, la Nachbarschaftsakademie a commencé à expérimenter des formes d'apprentissage auto-organisées, entre activisme et art. En été 2019, sous le titre «Cultiver à partir des ruines de la modernité», un programme pour un lieu permanent d'apprentissage tout au long de la vie sera développé - pour les 99 prochaines années - dans le jardin communautaire de Kreuzberg. Apprendre, ici, signifie contribuer collectivement et joyeusement à des formes de coexistence dans lesquelles l'homme et la biosphère ne sont pas exploités.


Avec : Mojisola Adebayo, banquier, Julia Bar-Tal, Elisa T. Bertuzzo, Brett Bloom et Bonnie Fortune, Luca Bogoni, Elizabeth Calderón Lüning, Marco Clausen, Commons-Abendschule, Paula Gioia, Ekhart Hahn, Guy Hazwi, Naomi Hennig, Marc Herbst, Nicolas Humbert, Initiative Prinzessinnengarten Kreuzberg, Hagit Keysar, Marion Louisgrand Sylla, Jumana Manna, Barbara Marcel, Kerstin Meyer, Sabine Meyer, Camila Nóbrega, Klaus G. Otto, Jan Rolletschek, Hans Rombach, Hans Rombach, Åsa Sonjasdotter, Blanka Stogan Instituts de culture dans l'université (Marisa Benjamim, Wen-Ling Chung, Marcos Garcia Pérez, Moritz Gramming, Daniela Zambrano Almidon, sous la direction de Claudia Hummel), Michelle Teran, Yvonne Volkart, Werner Wiartalla, Nicole Wolf, Florian Wüst.


Exposition au musée botanique de Berlin


Des installations d'artistes contemporains qui examinent les méthodes scientifiques et l'esthétique à la lumière des ressources, de la biodiversité et des déchets sont exposées au Botanical Museum de Berlin. Certaines des œuvres ont été produites spécifiquement pour ce projet.

Sous le titre «Atelier de la modernité sur les plantes», une partie de l'exposition aborde la diversification de la recherche botanique au début du XXe siècle en s'aventurant également dans les domaines de la physiologie, de la génétique et des sciences du sol. Cela soulève la question de savoir si, ou dans quelle mesure, les courants fonctionnalistes, réformistes et utopiques du modernisme ont influencé de tels discours, et inversement.

Avec: Book & Hedén, Böhler et Orendt, Katja Kaiser, Susanne Kriemann, Katarzyna Kukula, Helen Mayer Harrison et Newton Harrison, Kim Nekarda, Nouveaux Territoires (avec Mika Tamori et Štepán Krahulec, Max Unterfrauner, Helvijs Savick) , Gitte Villesen


Exposition à la neue Gesellschaft für bildende Kunst


La sélection de documents d'archives, de sources historiques et d'artefacts exposés au nGbK date principalement de la première moitié du XXe siècle et témoigne des précurseurs conceptuels et pratiques des modèles et des solutions écologiques actuels. Les points saillants, entre autres, sont l’expérience d’autosuffisance lancée par Leberecht Migge et Elisabeth Elsaesser en 1933 sur leur «Sun Island» au lac Seddin, près de Berlin. Raoul Francé et Annie Francé-Harrars ont mené des recherches et illustré les biotopes du sol.


Avec : Marte Aas, Tal Alon-Mozes, banquier, Irene Under, Siegfried Bergmann, Elisa T. Bertuzzo, Oliver Botar, Thomas Elsaesser, David H. Haney, Martina Hanusová, Heidrun Hubenthal, Michael Klein et Sasha Pirker, Aglaia Konrad, Joachim Krausse, Wolfram Kunick, Merete Mattern, Joaquín Medina Warmburg, Alessandra Ponte, Daniel Spruth, Tal Sterngast, Gitte Villesen, Yvonne Volkart

Vous trouverez plus d'informations sur les matériaux historiques et les protagonistes sur le site Web de nGbK


Le projet est une production conjointe du jardin botanique et du Musée botanique de l'Université libre de Berlin (BGBM), de la Martin-Elsaesser-Stiftung, de la Nachbarschaftsakademie im Prinzessinnengarten Kreuzberg et et de la neue Gesellschaft für bildende Kunst (nGbK).


Directeurs artistiques : Sandra Bartoli, Marco Clausen, Silvan Linden, Åsa Sonjasdotter, Florian Wüst (groupe du projet nGbK) Kathrin Grotz, Patricia Rahemipour (BGBM)















Gitte Villesen, There is an affinity, 2019 © Gille Villesen

Gitte Villesen, There is an affinity, 2019 © Gille Villesen

Exposition du 23 juin au 18 septembre 2019.

Nachbarschaftsakademie au Prinzessinnengarten Kreuzberg, Prinzenstraße 35-38 - 10969 Berlin (Allemagne).















 







 











 





 



























 





 











Exposition du 16 août au 27 octobre 2019.

Musée Botanique de Berlin, Königin-Luise-Straße 6-8 - 14195 Berlin (Allemagne). Ouverture tous les jours de 9h à 19h.















 







 











 





 



























 





 











Exposition du 17 août au 27 octobre 2019.

Neue Gesellschaft für Bildende Kunst, Oranienstraße 25 - 10999 Berlin (Allemagne). Ouverture du samedi au jeudi de 12h à 18h et le vendredi de 12h à 20h.















 







 











 





 



























 





 











Expositions Perspectives sur l’écologie et la modernité à Berlin

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2019. Tous droits réservés