Expositions en cours

John Armleder, CA. CA

Schirn Kunsthalle Francfort (Allemagne)

07.06 - 01.09.2019

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

La Schirn Kunsthalle Frankfurt présente de nouvelles installations de John M Armleder sous le titre CA.CA. Son art associe la coïncidence et le planifié, la culture savante et la vie quotidienne, la gravité et la trivialité pour créer une expérience ambivalente et unique.
















































 


















































English
Deutsch








John Armleder, CA. CA, Schirn Kunsthalle Francfort

S'appuyant sur le répertoire formel du modernisme - du constructivisme, du Op-Art, de la Pop, de la peinture gestuelle et abstraite, ainsi que sur le design - John M. Armelder élabore des commentaires poétiques et ironiques sur notre réalité actuelle et le statut de l'art. Armleder explore activement les espaces d’exposition respectifs; beaucoup de ses œuvres sont créées directement in situ. Il utilise souvent des pièces de décors d'œuvres antérieures et conjugue un large éventail de supports et de matériaux.


Philipp Demandt, directeur de la Schirn Kunsthalle Frankfurt, commente: « Nous pourrions décrire John M Armleder comme l'incarnation même de l'artiste postmoderne. Il associe avec humour les références à l'histoire de l'art avec le design et les objets du quotidien. Dans son recyclage des formes, il voit la possibilité de renouveler et de réinterroger constamment ce que l’art est, peut ou devrait être. Avec cette approche, il a joué - et continue de jouer - un rôle de pionnier pour de nombreux jeunes artistes ».


Pour l'exposition au CA.CA. John M Armleder a créé une installation dans la rotonde librement accessible du Schirn. 20 boules disco montées à différentes hauteurs se démultiplient sur les fenêtres recouvertes d'un film miroir. À l’intérieur du Schirn, il a rassemblé d’autres œuvres et installations, y compris le nouveau «Pour Paintings», des peintures murales représentant des crânes stylisés et des sculptures telles qu’un double toboggan inversé pour enfants qui fait partie de ses «sculptures de meubles».


Dès le début de la carrière de John M Armleder, une approche enjouée et franche, l’inclusion du hasard et d’éléments subversifs et non planifiés se sont manifestées comme les principales caractéristiques de son interprétation de l’art. Il a présenté sa première exposition en 1973 avec le groupe Fluxus ECART (français pour «Deviation»), fondé quatre ans auparavant et pour lequel il avait rédigé un manifeste. Ses préoccupations centrales intégraient le déni du concret, le déterminable et une prédilection pour l’approche par processus. Cette attitude fondamentale de l'artiste est toujours d'actualité et se retrouve également dans le titre de l'exposition au Schirn CA.CA.


La coïncidence du résultat est également caractéristique de son grand format "Pour Paintings", composé de peinture coulée et d’autres éléments parfois incompatibles. À partir des années 1990, le vocabulaire formel d’Armleder a changé pour devenir l’opposé de Fluxus: a contrario de «matériaux médiocres», ses œuvres se marquaient par des surfaces réfléchissantes aux couleurs brillantes et glamour. L'artiste confronte des éléments hétérogènes - peintures coulées aux formes géométriques et objets trouvés dans la tradition de Marcel Duchamp avec des éléments de la mode, de la musique et du design. Ce mélange de haut et de bas, et de la combinaison de formes familières de l’histoire de l’art avec des objets du quotidien, est une méthode qu'Armleder utilise encore et encore. Parmi ses œuvres les plus connues, citons les "sculptures de meubles", créées en 1983, dans lesquelles il combine la peinture géométrique avec des meubles et objets du quotidien trouvés ou usagés, élargissant ainsi le format classique de l'image dans l'espace. En conséquence, ses motifs s’étendent sur tout le mur ou occupent l’ensemble de l’espace d’exposition. Le travail de John M Armleder se caractérise par un recyclage des formes à travers lesquelles il interroge continuellement le rôle de l’art dans un système culturel en mutation constante.


Ingrid Pfeiffer, commissaire de l’exposition, a déclaré: « L’art de John M Armleder est un défi, une visite conceptuelle à travers l’histoire de l’art des 20e et 21e siècles. Il s'agit d'une forme d'art conceptuel séduisante et légère, qui satisfait non seulement les yeux et les sens, mais aussi l'esprit critique. »


John M Armleder (né en 1948) vit et travaille à Genève. Il a représenté la Suisse à la Biennale de Venise en 1986 et a pris part à la Documenta 8 à Kassel en 1987. Il a ensuite reçu de nombreuses récompenses et expositions. En 2018, deux rétrospectives ont été présentées à l'occasion de son 70e anniversaire au musée MADRE de Naples et au Museion de Bolzano.


Un catalogue sera publié dans une édition anglaise / allemande. Édité par Ingrid Pfeiffer avec une préface de Philipp Demandt, un texte d’Ingrid Pfeiffer, une biographie de John M Armleder et des vues détaillées des œuvres.


Directeur: Dr. Philipp Demandt

Conservatrice: Dr. Ingrid Pfeiffer


John M Armleder,  CA.CA., exhibition view.  ゥ Schirn Kunsthalle Frankfurt, 2019.  Photo: Norbert Miguletz.





Julian Charrière, Tout ce que nous avons toujours voulu était tout et partout

9 juin au 8 septembre 2019


MAMbo - Musée d'Art Moderne de Bologne, via Don Minzoni 14 – Bologne (Italie). T +39 051 649 6611.


<iframe src="https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2845.607998117251!2d11.334476015176651!3d44.50269847910124!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x477fd359fa9629ab%3A0xd59cdea5c6b9111c!2sEx+GAM+-+Galleria+D&#39;arte+Moderna!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1560102634138!5m2!1sfr!2sfr" width="400" height="300" frameborder="0" style="border:0" allowfullscreen></iframe>



Du 9 juin au 8 septembre 2019, le MAMbo - Musée d'Art Moderne de Bologne a le plaisir de présenter Tout ce que nous voulions était tout et partout, la première exposition personnelle en Italie de Julian Charrière (né en 1987 à Morges en Suisse), dont le travail jette un pont entre les sciences de l’environnement et l’histoire culturelle.


L'exposition Tout ce que nous avons toujours voulu était tout et partout, organisée par Lorenzo Balbi, dans la salle Sala delle Ciminiere rassemble une vaste sélection d'œuvres, des photographies, installations, sculptures et vidéos, concernant l'histoire de la science, le développement de la culture médiatique, une vision romantique de l'exploration et de la crise écologique moderne.


Fort de son intérêt à long terme pour les processus invisibles qui sous-tendent la production de connaissances et les différentes méthodes menant à une découverte, Charrière tente de comprendre l’histoire, regardant le passé pour imaginer ce que réserve l’avenir. À la manière d’un archéologue, l’artiste se penche sur les événements passés pour comprendre ceux qui restent à venir tout en réfléchissant au présent. Ses projets découlent souvent de travaux sur le terrain dans des lieux reculés dotés d'identités géophysiques aiguës - tels que des volcans, des champs de glace et des sites radioactifs – se déplaçant vers des paysages lointains et confrontés à des conditions extrêmes.


De ses expéditions à travers le monde, Julian Charrière fait ressortir la beauté de la nature tout en décrivant sa vulnérabilité et les fractures existant entre nature et civilisation. En montrant les catastrophes écologiques causées par des êtres humains dans des endroits tels que l’atoll de Bikini aux Îles Marshall, l’ancien site d’essais de Semipalatinsk au Kazakhstan, dans une monoculture de palmiers à huile en Indonésie ou, plus récemment, sous les mers, Charrière ne sensibilise pas exprime un jugement moral: il révèle également les forces invisibles qui façonnent le paysage, des événements géologiques à la soif de ressources créées par notre ère numérique, y compris, sur un plan plus immatériel, les projections culturelles qui changent le sens et la perception d'un endroit. Malgré tous nos efforts pour piller la terre et piller ses ressources - à un rythme tel que les scientifiques parlent des deux derniers siècles et demi comme d’une ère géologique distincte, l’Anthropocène - la planète reprendra son élan et nous oublierons .


À l’occasion de l’exposition, Edizioni MAMbo publie en italien le livre de Julian Charrière et Nadim Samman, intitulé Nous avons l'habitude de flotter, sous le titre Noi che galleggiavamo. À mi-chemin entre un journal de voyage et un essai critique, ce livre explore l'atoll de Bikini en tant que lieu de rêverie et d'imagination et de mise en scène traumatique des essais nucléaires. Dans ce livre, l'histoire personnelle du voyage à Bikini, au-dessus et au-dessous de la mer, est complétée par un examen critique de la géographie post-coloniale, qui permet de tirer des conclusions plus générales sur le lieu et la subjectivité qui l'entoure. Avec des descriptions vivantes de bunkers en béton sur des plages de sable blanc, de la «flotte fantôme» de cuirassés en ruines de la Seconde Guerre mondiale, de noix de coco radioactives et bien plus encore, As We Used to Float est un conte de mer pour notre temps.
























© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2019. Tous droits réservés

John M Armleder,  CA.CA., exhibition view. Schirn Kunsthalle Frankfurt, 2019.  Photo: Norbert Miguletz



Exposition du 7 juin au 1er septembre 2019. Schirn Kunsthalle Frankfurt,  Römerberg  -
60311 Frankfurt am Main
(Allemagne). Ouverture mardi, du vendredi au dimanche de 10h à 19h, mercredi et jeudi de 10h à 22h.



 













 







 











 





 



























 





 











John M Armleder,  CA.CA., exhibition view. Schirn Kunsthalle Frankfurt, 2019.  Photo: Norbert Miguletz