Archives 2ème semestre 2015

Emilie Benoist, Structures Fossiles

Chabah Yelmani Gallery, Bruxelles (Belgique)

10.09 - 10.10.2015

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


Chabah Yelmani Gallery est heureuse d’annoncer le 10 septembre prochain, le vernissage de la première exposition personnelle, Structures Fossiles d’Emilie Benoist à Bruxelles, dans le quartier d'Ixelles. Les quatre installations récentes dialoguent par leurs fondations internes : celles du corps, de l’architecture et de la nature. Les modifications crées par l'homme à travers son histoire et son évolution sont accentuées par certains procédés : la chimie se révèle être le terrain de nouvelles expériences dans l'exposition. Un processus exploratoire nous emmène du passé : l’Ancien Monde, au présent : ses enjeux, vers un futur mental et préhistorique.





































English




Emilie Benoist, Structures Fossiles, Chabah Yelmani Gallery, Bruxelles

Exposition du 10 septembre au 10 octobre 2015. Chabah Yelmani Gallery, 293 Chaussée De Boondael - 1050 Bruxelles (Belgique). Tél.: +32 (0)495 13 02 34. Ouverture du mardi au samedi de 10h30 à 18h.























 





 











Emilie Benoist, Extrait#2, 2015. Hommage à Désiré Charnay (1828-1915). Graphite screen printing & ink on Vinci paper, 105 x 140 cm

Emilie Benoist, Extrait#2, 2015. Hommage à Désiré Charnay (1828-1915).
Graphite screen printing & ink on Vinci paper, 105 x 140 cm

Le voyage est cérébral, artistique et brutal : depuis les structures fossiles datant de trois milliards d’années, ces derniers organismes, dans le futur, pourront dépasser l’homme en tant qu’espèce avant de disparaître à leur tour. Les formes de l’exposition sont couvertes des restes de fossiles chimiques semblant découler des microfossiles précambriens et leurs fondations nous rappellent que plus la structure fossile est complexe plus l’information est grande.

Dès l’entrée, de longues lames MINERAIS paraissent extraites du sol comme l'étaient Mégalithes en 2009. Leurs structures, géométriques et fragiles témoignent de l’appauvrissement des énergies fossiles. De la matière première devenue outils puis armes, l’installation fait écho aux soixante dernières années où quarante pour cent des conflits civils furent liés aux ressources naturelles (extrait d'un rapport d’Amnesty International en mai 2015).

Emilie Benoist, Minerais, 2015. Origami paper & graphite, 220 x 110 x 40 cm

Emilie Benoist, Minerais, 2015. Origami paper & graphite, 220 x 110 x 40 cm

Second hommage au biologiste Ernst Haeckel (1834-1919), SOURCES CEREBRALES est une série de douze dessins découlant des classifications des êtres vivants. A partir de sa recherche de documents rares à la Bibliothèque Centrale du Muséum d’Histoire Naturelle, la plasticienne prolonge un premier ensemble de sérigraphies Ces Milieux en 2012. Leur obsolescence et leur esthétique suggèrent l'instabilité d'un monde vivant.

Le diptyque EXTRAIT#1 et EXTRAIT#2 annonce en sous-sol l'architecture. Deux grandes sérigraphies, dont les zones grises sont associées au jaune acide, nous plonge au coeur d’une culture florissante et d’une nature étouffante. Extraites du travail photographique de Désiré Charnay sur les cités Amérindiennes ou les arbres de vie figuraient déjà les images évoquent le recouvrement des informations collectées, en d’incessantes « recollections ».



Emilie Benoist, Sources cérébrales, 2015. Series of 12 drawings. Graphite and ink on paper, 50 x 65 cm

Dans la galerie souterraine, INFRA-MONDE immerge le visiteur dans un bâtiment opaque et fortifié de 30m2 et succède à la sculpture Macro-monde en 2012, abris recouvert d’une végétation naissante et étrange. À présent l’enfermement physique nous projette dans une période de l’histoire douloureuse ou seule la nature semble pouvoir se réapproprier un semblant d’humanité.


© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2015. Tous droits réservés