Archives 2ème semestre 2015

Apparat

Ballroom Marfa, Marfa (USA)

25.09.2015 - 14.02.2016

PrécédentSuivant

Traduction du communiqué de presse E-Flux


Apparat est une exposition sur la main du mammifère et les outils qu'il touche, détient et utilise. Empruntant son titre à partir au nom d'un dispositif de fiction post-iPhone au centre du roman de science-fiction Super Sad True Love Story (2010) de Gary Schteyngart, Apparat explore le travail, le jeu et la zone incertaine entre les deux; avec l'extension du corps et de l’individu, grâce à des technologies à la fois anciennes et contemporaines, avec des choses (pour reprendre la formulation de Martin Heidegger) "présentes à" et "prêtes à" la main, avec la compulsion et la mort.


































English




Apparat, Ballroom Marfa, Marfa

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2015. Tous droits réservés

Présentant 13 artistes de toute l'Europe, des Amériques et d'Asie, des plasticiens émergents aux grandes figures historiques de l'art, l'exposition commence avec une peinture murale de Jessie Flood-Paddock, issue d’une illustration de travailleur faisant fonctionner un métier à tisser de l'Encyclopédie de Denis Diderot ( 1751-1772), l'une des premières tentatives pour enregistrer et systématiser toutes les connaissances humaines sous forme de publication.

De l'âge de pierre à l'ère du numérique, du pré-humain au post-humain, Apparat suggère non seulement une histoire négligée de toucher et d'outils, mais aussi comment cela pourrait nous aider à arriver à ce que Roland Barthes appelle dans son essai de 1964 Les planches de l'Encyclopédie, "une certaine philosophie de l'objet." Les visiteurs pourront découvrir des instruments fabriqués par les chimpanzés (Damián Ortega) et des grilles d'acier bourrées de mégots de cigarettes (Marlie Mul); des bifaces néolithiques assis aux côtés de téléphones intelligents (Shimabuku) et du matériel anthropomorphe (Lee Lozano), des manilles et des pièges vicieux transformés en ce qui semble être des objets rituels (Melvin Edwards) et une méditation sur l'indivisibilité du prenant et du tenu (Ray Charles). La main est un motif récurrent, soit enfermé dans une armure semblable à un robot (Paul Thek), ou formé à partir d’une pierre sans vie (Trisha Donnelly).

Roger Hiorns exposera son oeuvre Sans titre (2012), un congélateur domestique dans lequel les visiteurs sont invités à se détendre les mains, pour mieux contempler une série de peintures à base de matière cérébrale bovine. Hiorns fera également une nouvelle œuvre pour la cour de Ballroom Marfa, tandis que Sophie Jung va créer un nouvel ensemble de sculptures et une oeuvre de performance.

Artistes présentés: Ed Atkins, Trisha Donnelly, Melvin Edwards, Cécile B. Evans, Jessie Flood-Paddock, Roger Hiorns, Sophie Jung, Lee Lozano, Marlie Mul, Damián Ortega, Charles Ray, Shimabuku, Paul Thek

Commissaire d’exposition : Tom Morton














Denis Diderot, Encyclopédie, 1751–72.




Exposition du 25 septembre 2015 au 14 février 2016. Ballroom Marfa, 108 E. San Antonio St. - Marfa, TX 79843 (USA). Ouverture du mercredi au samedi de 10h à 18h, le dimanche de 10h à 15h.