Archives 2ème semestre 2014

Sensory Spaces 5 - Siobhan Hapaska

Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam (Pays Bas)

11.10.2014 - 25.01.2015

Précédent Suivant

English



Traduction du communiqué de presse E-Flux


La cinquième édition de la série des espaces sensoriels présente la création par Siobhán Hapaska (née à 1963, Belfast, Irlande du Nord) d’une installation de neuf oliviers suspendus horizontalement. Un petit moteur est attaché à chaque arbre, qui fait trembler les arbres lors d’une pression sur le bouton. Tous les arbres sont fixés avec huit cordons élastiques et ils sont suspendus en colonnes dans l'espace. L'olivier est un élément récurrent dans les installations de Hapaska. Si Hapaska devait donner un titre à son oeuvre, cela aurait été Intifada, un mot arabe qui signifie littéralement «secouer», et qui est maintenant librement traduit comme une rébellion ou une résistance. Elle décrit ainsi son travail au Musée Boijmans Van Beuningen: "Le soulèvement, la rébellion ou la résistance, telle est mon intention dans l'esprit de cette installation, je ne veux pas nécessairement cela dans un sens politique évident, plutôt bouleverser ce qui empêche un avenir meilleur ".














© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

Mai Tabakian, Cyclo, Mathilde Hatzenberger Gallery, Bruxelles

Exposition du 11 octobre 2014 au 11 janvier 2015. Museum Boijmans Van Beuningen, Museumpark 18-20 - 3015 CX Rotterdam (Pays-Bas). Ouverture du mardi au dimanche de 11h à 17h.

 

 











Espaces sensoriels est le titre d'une série d'expositions individuelles dans la Willem van der Vorm Galellery, située dans le hall d'entrée du musée. Pour chaque édition un artiste est invité à répondre aux caractéristiques spécifiques de cet espace d'une manière surprenante. Le caractère original de la galerie, un long, haut espace ouvert sur ses deux côtés courts, constitue le contexte spatial dans lequel chaque artiste est invité à développer une oeuvre. « L'espace a été conçu pour donner aux visiteurs un choix, on peut choisir de se tenir à chaque extrémité pour voir l’installation, une sorte de point de vue polarisé - ironique car ce sont les points de vue polarisés qui produisent des conditions regrettables pour la découverte - ou l’on peut choisir de pénétrer dans l'installation. Les arbres sont suspendus à une hauteur où un visiteur de taille moyenne doit se plier ou incliner la tête pour se déplacer librement à travers la pièce, un acte physique, pas seulement visuel, d’engagement ".


Siobhán Hapaska a étudié à l’Université Goldsmiths de Londres, et a été révélée par son exposition personnelle à l'Institut d’art contemporain de Londres en 1995. Ses installations parlent à tous les sens et travaillent à la fois sur un niveau de représentation et d’abstraction, unissant la désincarnation et l'artisanat sophistiqué. Le travail de Siobhán Hapaska est conçu pour nous engager visuellement et activer tous nos autres sens. Il laisse toujours place à l'interprétation individuelle et aux réflexions abstraites. Cela découle de sa conviction que les choses en général ne peuvent pas être contenues à l'intérieur de limites claires, comme des mots ou des images. Même si elle n'a jamais voulu répondre à des questions politiques directement, compte tenu de l'environnement et de la situation politique dans laquelle elle a grandi, elle est profondément préoccupée par l’impact de la gravité des décisions politiques sur les gens.



Sensory Spaces 5 – Siobhán Hapaska. Installation view. Photo: Studio Hans Wilschut, Rotterdam.

Sensory Spaces 5 – Siobhán Hapaska. Installation view. Photo: Studio Hans Wilschut, Rotterdam.