Rafael Yossef Herman, Ludwig Museum, Budapest

Archives 1er semestre 2018

Rafael Yossef Herman

Ludwig Museum, Budapest (Hongrie)

16.02 - 01.04.2018

PrécédentSuivant

Communiqué de presse

 

L'exposition présente des œuvres récentes de Rafael Yossef Herman, connu pour avoir construit son oeuvre à partir de l'existence cachée des ténèbres de la nuit. À travers cette installation photographique à grande échelle, la représentation par l'artiste israélien du monde nocturne peut ressembler à la lumière du jour pour le spectateur.




 


























 


















































English








Exposition du 16 février au 1er avril 2018. Ludwig Museum - Museum of Contemporary Art
Müpa Budapest Komor Marcell u. 1 -1095 Budapest (Hongrie).

Horaires expositions temporaires (1er et 2ème étage): du mardi au dimanche de 10h à 20h.








 











 





 



























 





 











Les nouvelles œuvres choisies pour cette exposition au Ludwig Museum de la série d'Herman «La nuit illumine la nuit» (2010-), montrent principalement des sentiers ou des clairières dans les forêts et des champs ouverts avec des fleurs. En traversant les pièces éclairées différemment, une confrontation a lieu entre les images de la forêt placées dans un environnement extrêmement sombre et celles qui capturent les champs de fleurs et les grands espaces ouverts de la nature placées dans une pièce surélevée. Les forêts sont généralement perçues comme sombres et ombragées même par une journée ensoleillée alors que les champs à l'air libre sont envisagés comme légers et ensoleillés en tout temps. En regardant cet environnement «  arrangé  », le spectateur est confronté à ses propres limites de perception. Il entre dans cette «autre réalité» en ne faisant rien d'autre que d'être présent. En cela, on peut voir que les images nocturnes d'Herman n'éliminent pas simplement «l'horreur» de la nuit en créant une atmosphère semblable à la lumière du jour mais construisent une réalité alternative qui n'a jamais été vue par l'œil humain.

Herman examine les limites de la surréalité et de la réalité intemporelle dans ces œuvres qui encapsulent des réalités imperceptibles ou imaginaires. Dans un sens, il étudie la virtualité. Les réalités virtuelles, les jeux et les simulations qui ont tant d'influence sur le présent nous permettent de chercher des domaines inconnus à l'œil humain. Les paysages nocturnes photographiés par Herman n'existent pas pour nos yeux. Ces lumières étranges de la nuit ne peuvent normalement être perçues que par la technologie. Comparées à l'expérience de la lumière du jour, nous percevons des ombres étranges, des sortes de clair de lune, un spectre de couleurs et des détails chatoyants qui diffèrent de la lumière du soleil. Herman crée une nouvelle réalité à partir du mystère de la nuit. Il souligne le fait que, bien que le paysage nocturne soit proche de nous, ses détails ne peuvent pas être observés. Ces paysages n'existent pas pour l'œil humain, ils sont des aperçus d'une autre réalité.

A propos de Rafael Y. Herman
Rafael Y. Herman est né en 1974 à Beer Sheva, en Israël. Lauréat du Prix Photosphere de Prague en 2015, Herman a commencé à étudier la musique classique à l'âge de six ans, devenant percussionniste dans des orchestres philharmoniques, des ensembles et des groupes de rock. Après un long séjour à New York, il a étudié à la School of Economics and Management de l'Université de Tel Aviv. Diplômé en 2000, il s'installe en Amérique latine pour un long voyage de recherche dans sept pays: photographier des musiciens cubains, le carnaval de Bahia et les zapatistes au Mexique, travailler avec Amnesty International au Paraguay, puis étudier la peinture à Mexico et au Chili. une commune d'artistes. Cet apprentissage visuel allie vision, expérience métropolitaine et rencontres avec la nature non contaminée. En 2003, Herman s'installe à Milan, montrant le projet Bereshit-Genesis au Palazzo Reale, un projet créé avec une méthode qu'il a lui-même conçue: la photographie nocturne sans aide électronique ou manipulation numérique, révélant ce que l'on ne peut normalement pas voir à l'œil nu. Cette exposition a lancé Herman dans la scène artistique nternationale. Ses œuvres font partie de collections publiques et privées de premier plan, notamment le musée d'art de Tel Aviv, le musée privé Salsali de Dubaï et
La récente exposition personnelle d'Herman dans le magnifique pavillon Testaccio du musée MACRO à Rome a attiré l'attention internationale et s'est identifiée comme la plus grande exposition de l'artiste avant son exposition personnelle au musée Ludwig à Budapest. Rafael Y. Herman est un artiste invité de la Ville de Paris à la Cité Internationale des Arts et travaille actuellement à Paris.







Rafael Yossef Herman, Ludwig Museum, Budapest

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2018. Tous droits réservés