Archives 1er semestre 2013

Phoebe Washburn, auto-production
Kunsthallen Brandts, Odense (Danemark)

01.03 - 26.05.2013


Précédent Suivant

English


Traduction du communiqué de presse E-Flux


Dans deux salles d'exposition adjacentes à la Kunsthallen, couvrant 800 mètres carrés, l'artiste américaine Phoebe Washburn a créé deux installations liées par un écosystème. Dans une des salles, à quatre mètres de haut, un appartement a été installé à l'intérieur d'une construction en bois. Pendant les heures d'ouverture, il est habité par deux personnes qui préparent la cuisine, mettent à jour leurs profils sociaux, jouent de la guitare, brodent, ou jouent au ping-pong, en fonction de leurs envies. Ils servent également des boissons énergétiques aux visiteurs de l'exposition. Cheminant dans des «organes» et des tuyaux, les eaux usées de ménage sont purifiées avant d'arriver dans la pièce voisine qui contient une rangée de lits d'hôpitaux garnis de tissu. Dans les lits de petites pousses sont cultivées,  pour être replantées plus tard, certaines plus ou moins bien.

Les visiteurs peuvent réserver un séjour à l'intérieur de l'installation. Il est essentiel à l'écosystème de l'exposition que des personnes y séjournent. Leurs activités culinaires et l'utilisation de l'eau constituent ce qui met en route l'écosystème. De même, les gens  écrivant des brèves sur les médias sociaux s'assurent que le fil de l'exposition est maintenu en vie et répandent comme des anneaux dans l'eau: "... une histoire d'une chose à une autre."

À la billetterie Brandts, les visiteurs qui choisissent de le faire seront en mesure d'acheter un billet et de réserver un moment pour rester dans l'appartement une journée entière ou une demi. La réservation/vente des billets a débuté le lundi 18 février.

Un catalogue de l'exposition, avec des photos du processus d'installation et de textes par le professeur Yvette Brackman et éditeur et critique d'art André Russeth sera disponible le 1er avril.





Exposition du 1er mars au 26 mai 2013. Kunsthalle Brandts, Brandts Torv 1 – 5000 Odense (Danemark).

Phoebe Washburn, auto-production Kunsthallen Brandts, Odense

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés

À propos de l'artiste


Phoebe Washburn (née en 1973 à New York) a connu une carrière fulgurante, au Whitney, au Guggenheim et dans plusieurs autres grands musées. Elle travaille avec des produits recyclés pour créer des œuvres d'envergure qui composent des systèmes autonomes de type biotope. Ses installations primitives prospectives et surdimensionnées hébergent des procédés de calcul complexes reliant les machines et les objets : des systèmes fonctionnant bien  – cela dit illogiques – composant avec le savoir-faire scientifique et l'humour, prêtant ses œuvres le caractère de quelque chose de monstrueux et d'autonome, avec une vie autonome.

L'objectif de Phoebe Washburn est de créer des œuvres qui soient en partie auto-productives. Elle travaille avec des processus de circulation et des stratégies pour la durabilité qu'elle transforme en œuvres d'art. Les rencontres entre les éléments contradictoires de la croissance et de la décrépitude, du recyclage et des détritus, sont combinés avec de surprenantes formes sculpturales monumentales. D'un point de vue théorique, la forme d'expression artistique de Phoebe Washburn peut être considérée comme un nouveau développement de l'arte povera (détritus et recyclage), ldu process art (circulation, croissance, évolution) et des aspects systémiques du post-minimalisme (technologie, sociologie, écologie).

Il s’agit de la troisième exposition de Phoebe Washburn en Europe. En 2007, elle a créé un grand laboratoire à la Kestnergesellschaft, Hanovre, et en 2009, à la Deutsche Guggenheim de Berlin, elle a construit une unité de fabrication pour la production biologique.


Phoebe Washburn, Nunderwater Nort Lab, 2011. Zach Feuer Gallery, New York.