Archives 1er semestre 2017

Pedro Neves Marques, Apprendre à vivre avec l’ennemi

Museu Coleção Berardo, Lisbonne (Portugal)

19.05 - 17.09.2017

PrécédentSuivant

Traduction du communiqué de presse E-Flux

Ce n'est pas vraiment un rêve. Peut-être est-ce plutôt une histoire de science-fiction, permettant à différentes périodes et formes de colonialisme de fusionner et d'apparaître, simultanément, devant nous.
Les flux inter-territoriaux, et les pouvoirs qui les rappellent; les transmutations biogénétiques; l'extraction des ressources et la propagation des agro-toxines; le capitalisme multinational subsumant le présent sous les lois de production. Tout cela définit, contre tous autres récits, le contrôle de la vie et de la mort exercée par la violence coloniale du capital. C'est la colonisation du présent en tant que pure science-fiction du colonisateur.













 


















































English





Contrairement à cela, le monde est ici considéré comme un système de relations sociales et de contiguïté entre les humains et les non-humains, ce qui fragmente l'idée quintessentiellement moderne - et coloniale - de la nature dans un multinaturalisme qui est politiquement négocié à chaque mouvement.

Dans de brèves vidéos, des essais et des fictions, des sculptures, des installations et  de l'infographie vidéo, différentes cosmologies et des récits anthropologiques sont convoqués et opposés à la centralité homogénéisée du programme colonial moderne. Chaque situation offre une forme différente pour aborder l'irréductibilité parmi les agents de ces relations. Que nous traitions de l'évolution paradoxale sexuelle depuis la botanique moderne jusqu’aux graines stériles génétiquement modifiées actuelles, avec leurs différentes formes de représentation et indexation de la vie organique; de l'émergence et la quarantaine du moustique post-naturel qui porte le virus Zika - vu copuler sous un nuage chimique; de la relation entre une main robotique qui imite l'anatomie humaine de base et une mimosa pudica, plante sud-américaine devenue une espèce envahissante sur d'autres continents, ou de l'architecture dystopique des métropoles de l'océan pétrochimique, séparée des juridictions nationales et planifiant l'avenir d'une industrie destinée à l'extinction. Dans tous ces cas, l'émergence d'une différence irréductible provoque une désidentification avec le processus de colonisation, mais aussi avec l'idée d'un monde partagé, commun à tous.

La séquence des ruptures entre différents mondes présentées dans ces oeuvres aboutit à la signification particulière des nouveaux agents biotechnologiques et informatiques. En ce qui concerne ces derniers, nous restons infiniment étrangers, car nous ne déterminons pas le lieu de l'énonciation concernant ce que signifie vivre avec l'ennemi. Ici, nous restons incapables d'écouter et de comprendre un dialogue entre un maïs androgène et transgénique amérindien -  après tout, à qui l'humanité appartient-elle? Il n'y a pas de rêve ou de fiction capable d'intégrer pleinement la coexistence de ces différentes cosmologies - moderne, animiste ou technophile - juste la perception qu'ils se sont simultanément et sans cesse intégrés dans un monde rompu et que la position de l'ennemi, plus que la nature ou La culture, dessine ses frontières.





 











Pedro Neves Marques, Apprendre à vivre avec l’ennemi. Museu Coleção Berardo, Lisbonne

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2017. Tous droits réservés

Exposition du 19 mai au 17 septembre 2017. Museu Coleção Berardo, Praça do Império - 1449-003 Lisbonne (Portugal).













 





 



























 





 











ArtCatalyse Expositions internationales
Pedro Neves Marques, The Pudic Relation Between Machine and Plant, 2016. With the kind support of King's College Centre for Robotics Research.

Pedro Neves Marques, The Pudic Relation Between Machine and Plant, 2016. With the kind support of King's College Centre for Robotics Research.