Archives 2ème semestre 2016

Olafur Eliasson, The Parliament of possibilities
Leeum Samsung Museum of Art, Seoul (Corée du Sud)

28.09 - 19.11.2016


PrécédentSuivant

Traduction du communiqué de presse

 

Au fil des ans, l’artiste danois-islandais de renommée mondiale Olafur Eliasson (né en 1967) s’est engagé dans une expérimentation continue, créant des œuvres qui englobent ses vastes intérêts dans des sujets tels que la nature, la philosophie, la science et l'architecture, ainsi que les arts visuels. Beaucoup d’oeuvres d’Eliasson sont composées principalement d'éléments immatériels, intégrant le mouvement, la lumière et des miroirs, des illusions d'optique, des expériences visuelles de lumière et de couleur et des phénomènes quasi-naturels produits par des machines. Ses œuvres transforment complètement le musée en un nouvel espace, générant une foule de nouvelles expériences pour les visiteurs.














































English





The Parliament of possibilities (L’Assemblée des possibles), grande exposition personnelle d’Eliasson au Leeum, introduit les spectateurs dans un large panorama d'œuvres remarquables produites durant toute sa carrière, du début des années 90 à nos jours. L'exposition présente un ensemble de 22 œuvres, intégrant les premières pièces comme que le Moss wall, créé avec de la mousse d'Islande, et Reversed waterfall, qui défie la gravité en attirant l'eau vers le haut, ainsi que des œuvres récentes telles Your unpredictable path, une énorme nébuleuse faite de plus de 1 000 sphères de verre, et Rainbow assembly, réalisée à base d'eau et de lumière. Les œuvres exposées ont été choisies pour offrir au public un aperçu de la pratique artistique d’Eliasson, qui nous rappelle que l'art existe dans le temps présent, offrant en continu de nouveaux sens au monde.

Ventilator, 1997
Au début de l'exposition se trouve Ventilator, un ventilateur à hélice qui pend du plafond, se balançant dans un grand cercle juste au-dessus des têtes des visiteurs. Se balançant imprévisiblement, le ventilateur est une sculpture cinétique qui rappelle le vent, un phénomène naturel que l'on ne s'attend pas à rencontrer dans un musée. Son mouvement induit une variété de réponses - quand vous suivez le mouvement du ventilateur, vos yeux, votre tête et votre corps se déplacent ensemble. Certains visiteurs restent debout, observant l’oeuvre à distance, tandis que d'autres se déplacent avec le mouvement du ventilateur - réponses qui dépendent de l’installation particulière sur le site et des dispositions des spectateurs à ce moment.

Moss wall, 1994
Le Moss wall est une œuvre majeure du début de la carrière de Eliasson. Ce que vous voyez est de la Cladonia rangiferina, qui est aussi appelée mousse des rennes, un lichen originaire des régions nordiques comme l'Islande. Quand le lichen sèche, il se rétracte et se fane. Cependant, quand il est arrosé, le lichen se dilate et émet une odeur piquante. Les œuvres d’Eliasson transportent souvent des phénomènes naturels dans l'espace bâti du musée, où l'on devient plus conscient de ce que la nature est aussi une construction.

The shape of disappearing time
, 2016
Le cadre en acier de cette sculpture est un oloïde, une forme géométrique créée en 1929 par le mathématicien Paul Schatz, l'inventeur du cube inversible. L'oloïde est dérivé de deux cercles se verrouillant où le centre de l’un croise le périmètre de l'autre. La forme résultante est l'objet de recherches géométriques du Studio Olafur Eliasson et a été utilisé dans plusieurs œuvres de l’artiste.
Une lampe brille à partir du centre de la sculpture, ce qui reflète la lumière sur de nombreux panneaux en laiton du travail et projette un effet séduisant de lumière et d'ombre sur les environs. Le mouvement autour de l'œuvre révèle sans cesse de nouvelles perspectives de cette forme complexe, l'amenant à apparaître comme une vague de mouvement et de lumière.

Your unpredictable path, 2016
Installation organique de plus d'un millier de sphères de cristal sur un fond noir, Your unpredictable path ressemble aux nébuleuses qui peuplent l'espace interstellaire. En vous promenant le long de la longue paroi , vous pouvez imaginer que vous voyagez entre les étoiles. Lorsque vous approchez de l’oeuvre, vous voyez d'innombrables réflexions inversées de vous-même et de votre entourage dans les surfaces arrière des sphères de verre revêtues de miroir. En se déplaçant continuellement en réponse à vos mouvements et à ceux des autres, ces réflexions dynamiques soulignent le caractère éphémère et la contingence du moment présent.

Reversed waterfall, 1998
Un échafaudage à quatre niveaux, debout au milieu d'un bassin d'eau, supporte quatre bacsmétalliques rectangulaires, un sur chaque niveau. L'installation inverse l'écoulement gravitaire habituel de l'eau avec un système de pompes et de tuyaux flexibles qui tire vers le haut les jets d'eau. Cette chute d'eau inhabituelle remplit son environnement d'humidité et du bruit des éclaboussures d'eau, stimulant les sens auditifs et tactiles de l'auditoire, et suggérant éventuellement des pensées au sujet de la relation entre l'activité humaine et la nature.

Untitled (stone floor), 2004
Untitled (sol en pierre) est construit avec de la pierre volcanique islandaise de quatre types et couleurs différentes. Les panneaux en pierre constituent un motif d'emboîtement d’hexagones et de parallélogrammes qui créent une illusion consistant à répéter les polyèdres en trois dimensions, qui peuvent être perçus de façon différente en fonction de la position des visiteurs. Le motif se réfère à la quasi brick, un polyèdre de remplissage d'espace modulaire qui a été développé à l'origine par l'architecte et mathématicien Einar Thorsteinn, utilisé dans une série d'autres projets par le Studio Olafur Eliasson.

Your museum primer, 2014
Des arcs de lumière blanche et des arc-en-ciel sont projetés sur les murs d'une galerie obscurcie par un anneau de verre prismatique qui tourne dans le faisceau focalisé d'un projecteur. Quand l'anneau tourne, les arcs se déplacent le long des murs, balayant l'espace et changeant à mesure qu'ils progressent. Cette oeuvre ne peut exister par elle-même, mais seulement en agissant sur l'espace dans laquelle elle est installée.

Rainbow assembly, 2016
Des rais de lumière illuminent un cercle de brume dans une pièce sombre, créant des arcs-en-ciel miroitants dans l'air. En approchant des arcs en ciel, vous découvrez les machines qui les produisent: des anneaux de gicleurs et des projecteurs au plafond. Une caractéristique importante des œuvres de Eliasson est que les mécanismes qui les produisent ne sont jamais cachés, mais toujours exposés. De cette façon, les œuvres ne sont pas des illusions qui trompent et séduisent le spectateur, mais plutôt des manifestations de la façon dont la réalité est toujours construite.










Exposition du 28 septembre 2016 au 26 février 2017. Leeum Samsung Museum of Art, 60-16 Itaewon-ro 55-gil, Yongsan-gu - Seoul, Corée 04348 (Corée du Sud). Ouverture du mardi au dimanche de 10h30 à 18h.





 





 



























 





 











Olafur Eliasson, The Parliament of possibilities, Leum, Seoul (Corée)

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2016. Tous droits réservés

ArtCatalyse Expositions internationales