Expositions en cours

Now Wakes the Sea - L’art contemporain et l’océan

Glucksman University College Cork (Irlande)

04.08 - 05.11.2017

PrécédentSuivant

Traduction du communiqué de presse E-Flux

 

Les artistes ont longtemps été attirés par la mer. Des paysages naturalistes aux représentations saisissantes de la vie aquatique, de son immensité, de son intemporalité et de sa mutabilité ont fasciné les poètes, les écrivains et les artistes depuis des siècles. Avec son titre issu de la nouvelle écrite par J.G. Ballard en 1963, Now Wakes the Sea repère une recrudescence de l'intérêt pour la mer dans les pratiques artistiques contemporaines, présentant des artistes irlandais et internationaux dont le travail explore les idées de submersion et de sauvetage, l'attrait de l'océan pour les gens de mer et les secrets cachés dans ses profondeurs invisibles.
















 


















































English





Dans le récit de Ballard, un homme éprouve des visions nocturnes de vagues déferlantes  empiétant sur son quartier suburbain enclavé, révélant un désir latent de sacrifier son existence humble et de revenir à ces eaux anciennes. Cette idée de l'attrait séduisant mais mortel de la mer résonne avec des œuvres d'art de l'exposition qui explorent l'attraction de l'océan, l'aventure de surfer les vagues ouvertes et la nature primordiale de la mer comme dépôt dont les récits et objets peuvent être récupérés .

Dans le travail de Tacita Dean, l'impulsion de mettre à la voile est décrite dans un triptyque de photographies basé sur le voyage voué à l’échec de Donald Crowhurst, un marin amateur perdu en mer lors d’une compétition dans une course en solitaire de yachts autour du monde. Cette perte du sens de la navigation et du temps, enregistrée dans son journal de bord, a finalement anéanti Crowhurst et l'a amené à se jeter à la mer. L'Ultima Thule d'Andreas Kindler von Knobloch présente un voyage plus favorable, avec des documents relatifs aux expéditions à la voile de l'artiste dans les eaux de la baie de Dublin, inspirées par l'écrivain René Daumal et l'artiste concepteur néerlandais Bas Jan Ader. Une approche différente du voyage en mer est captée dans la sculpture de Lucy Skaer de voiles à motifs et de blocs d’aluminium, basée sur l'allégorie du navire des fous, popularisée au milieu du 16ème siècle par le livre de Sebastian Bandt, Das Narrenshiff.

L'inconnaissance de la mer ne se situe pas seulement dans sa largeur mais aussi dans sa profondeur. Des mystères indestructibles sont submergés, impénétrables à la vue ou au son. Dans le travail de Janaina Tschäpe, l'inscrutabilité de l'océan est évoqué à travers des peintures en couches denses qui évoquent des surfaces scintillantes et des profondeurs opaques, et son film qui ré-imagine le conte de fée de l’amour d’une sirène pour un marin. Anna Zacharoff peint une multitude d’espèces marines: huîtres, poissons, coquillages et escargots. Ces spécimens sont peu délimités, leurs contours suggérés par des pinceaux calligraphiques et des pools de pigments, contre une toile vierge qui évoque la mer vide et expansive. Les Abysses sculpturales de Maria McKinney semblent être dragués dans le fond de l'océan, incrustés de bernacles, de coquillages, de coraux et de filets. Ces assemblages sous forme de pilier semblent avoir attiré et absorbé des morceaux de détritus flottants et de débris dans leurs formes.

La récupération des matériaux qui ont été laissés rouillés sur le fond marin ou raclés entre les vagues est explorée dans plusieurs ouvrages. Sean Lynch a suivi les moulages métalliques abandonnés de l'usine de voitures DeLorean de Belfast en faillite pour les réutiliser comme ancres au fond de Galway Bay, où vivent les crabes et les homards. Conrad Shawcross a enregistré la vue à 360 degrés d'un bateau à rames sur la rivière Lea. Son installation montre l’enregistrement et les objets flottants de ce voyage, son caméscope étant remplacé par un projecteur montrant le film du voyage en temps réel. Pour Marcel Dinahet, la mer est à la fois le lieu de son travail et la source de son inspiration. Il a commencé à immerger ses sculptures au début des années 1990 avant de s'arrêter tout en faisant un travail en trois dimensions. Ses films marquent ce point de transition, capturant ces objets inertes et sous-marins dans leurs derniers lieux de repos, abandonnés à l'épreuve du temps.Les artistes: Tacita Dean, Marcel Dinahet, Sean Lynch, Maria McKinney, Conrad Shawcross, Lucy Skaer, Janaina Tschäpe, Andreas Kindler von Knobloch, Anna Zacharoff

Commissaires d’exposition  : Chris Clarke et Kirstie North


Now Wakes the Sea: l'art contemporain et l'océan est soutenu par l’University College Cork, The Arts Council Ireland et la philanthropie privée via la Fondation de l'Université de Cork.





 











Now Wakes the Sea - L’art contemporain et l’océan, Glucksman University

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2017. Tous droits réservés

Exposition du 4 août au 5 novembre 2017. The Glucksman University College Cork – Cork  (Irlande). Tél.: +353 21 490 1844. Ouverture du mardi au samedi de 10h à 17h.












 





 



























 





 











ArtCatalyse Expositions internationales

Andreas Kindler von Knobloch, Ultima Thule, 2012. C-print. Courtesy of the artist. Photo: Dorje de Burgh.






Andreas Kindler von Knobloch, Ultima Thule, 2012. C-print. Courtesy of the artist. Photo: Dorje de Burgh.