Archives 1er semestre 2014

La République de la Lune

Bargehouse, Londres (Royaume-Uni)

10.01 - 02.02.2014


Précédent

English


Traduction du communiqué de presse The Arts Catalyst


Cela fait près de quatre décennies que les humains ont marché sur la lune, mais il semble maintenant probable que nous allons y retourner durant ce siècle – pour exploiter ses minéraux, comme un «tremplin» vers Mars, ou tout simplement pour faire de la recherche scientifique. Dans une action préventive de provocation, un groupe d'artistes ont déclaré une République de la Lune sur la Terre, afin de réexaminer notre relation avec le seul satellite naturel de notre planète.


Après deux décennies de travail avec les rêveurs de l'Agence spatiale européenne et des astronautes anarchistes autonomes, The Arts Catalyst transformera Bargehouse en une ambassade basée sur Terre de la République de la Lune, investie par les imaginaires fantastiques des artistes. Présentant des artistes internationaux, comme Liliane Lijn, Leonid Tishkov, Katie Paterson, Agnes Meyer Brandis et WE COLONISED THE MOON, l'exposition associe des rencontres personnelles, des plans d’espaces bricolés, des expéditions imaginaires et de nouveaux mythes pour la prochaine ère spatiale.


















La République de la Lune, Bargehouse, Londres

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

Exposition du 10 janvier au 2 février 2014. Bargehouse, Oxo Tower Wharf - South Bank - Londres SE1 9PH (Royaume-Uni). Ouverture de 11h à 18h. Entrée libre.





Célébrant le début de sa vingtième année d’existence, The Arts Catalyst animera l'exposition avec des spectacles, des ateliers, de la musique, des conférences, une boutique lunaire animée par super/collider et des manifestations ludiques contre l'exploitation lunaire. Un manifeste déclarant la lune zone autonome temporaire, avec les réponses des artistes et des scientifiques à l'appel du romancier Tony White à " occuper la Lune ! " sera publié en format papier et e-Book à l'occasion de l'exposition.

Les artistes de la République de la Lune considèrent la lune non pas comme une ressource à exploiter, mais comme un corps céleste qui nous appartient à tous. L'exposition pose la question: Qui seront les
premiers colonisateurs de la Lune ? Ce devrait peut-être être les artistes.

Les investigations poético-scientifiques Agnes Meyer-Brandis assemblent le réel, l'imaginaire, les contes et les mythes du passé, du présent et du futur. Avec Moon Goose Analogue : Lunar Migration Bird facility, l'artiste développe un récit continu basé sur le livre The Man in the Moon, écrit par l’évêque anglais Francis Godwin dans les années 1630, où le héros vole vers la Lune dans un char tiré par les « oies de la lune ». Meyer-Brandis a actualisé ce concept en élevant onze oies de la lune, depuis leur naissance en Italie à Pollinaria, en leur donnant des noms d’astronautes, les convaincant qu’elle était leur oie mère, leur apprenant à voler et les emmenant en expédition. L'artiste a construit un habitat analogue à la lune à distance pour les oies, qui sera exploité à partir d'une salle de contrôle au sein de la galerie. Le film documentaire du projet Moon Goose Analogue : Lunar Migration Bird Facility a été lauréat 2012 d’Ars Electronica.

Katie Paterson, Second Moon et Earth–Moon–Earth. Second Moon constitue le projet en cours de Katie Paterson qui suit le voyage cyclique d'un petit fragment de la Lune tournant autour de la Terre par la voie du courrier aérien, sur une orbite commerciale faite par l’homme. Second Moon fait un voyage en sens inverse; sur une orbite à environ deux fois la vitesse de notre une, il tournera autour de la terre 30 fois en un an. Le voyage peut également être suivi sur une application gratuite. Earth–Moon–Earth (Moonlight Sonata Reflected from the Surface of the Moon) consistait à utiliser une forme de transmission radio dans laquelle les messages sont envoyés en code Morse, depuis la terre, réfléchie par la surface de la lune et alors de nouveau reçue sur terre. La lune ne renvoie qu'une partie de l'information en retour - une partie est absorbée dans ses ombres , «perdue» dans ses cratères. Pour ce travail, Paterson a traduit la Sonate au claire de lune de Beethoven en code Morse et l'a envoyé sur la lune via Terre-Lune - Terre (EME) . De retour sur terre, fragmenté par la surface de la lune , il a été
retraduit en une nouvelle partition, les lacunes et les absences devenant des intervalles et des silences. Dans l'exposition, la partition modifiée par la lune est jouée sur un piano à queue à lecture automatique.

Le moonmeme de Liliane Lijn explore le cycle répétitif des phases de la lune, projetant le mot « SHE (elle) », une épithète pour la Lune, sur la surface lunaire pour que les lettres apparaissent puis disparaissent lentement quand il diminue. Comme la projection lunaire est difficile techniquement, Lijn a travaillé avec un astronome pour présenter une animation en temps réel de la projection accompagnée par un travail sonore et des citations de sources, y compris Pline et le Talmud pour illustrer les liens profonds entre la lune et le principe féminin de transformation et de renouvellement. Le maire de Londres va annoncer une décision sur la proposition de finaliste pour Liliane Lijn pour la prochaine Fourth Plinth de Londres début de 2014.

Private Moon de Leonid Tishkov raconte l'histoire d'un homme qui a rencontré la Lune et est resté avec elle pour le reste de sa vie. Dans une série de photographies intimes, l’artiste présente des images de sa lune privée avec le verset qui décrit comment la une nous aide à surmonter notre solitude dans l'univers en nous unissant autour d’elle. Tishkov et sa lune lumineux ont parcouru le monde pendant près de dix ans. Il a comme rêve de voler avec elle vers la Lune.

WE COLONISED THE MOON ( Sue Corke et Hagen Betzwieser ) sera la République des artistes de la Lune en résidence tout au long de l'exposition, avec la création d’oeuvres et l’organisation des conférences et des ateliers. L’art graphique et les installations de Corke et Betzwieser incarnent le merveilleux de l'enfance dans l'univers. Utilisant un éventail de techniques de production pour le bricolage, leur partenariat est ancré dans l'absurde et la performance théâtrale caractérisée par des slogans et des messages. À Bargehouse, ils coordonneront les manifestations contre l'exploitation de la lune et travailleront avec des scientifiques pour nous aider à jeter un regard nouveau sur notre plus proche voisin céleste.

Moon Vehicle (Joanna Griffin et le chercheur de l’ISRO P Shreekumar) présentent un projet conçu par les étudiants à la Srishti School of Art, Design and Technology à Bangalore, en Inde, avec l'artiste Joanna Griffin. Son objectif était de renouer un lien culturel avec le programme indien de l'espace Chandrayaan, de contester la théorie scientifique actuellement dominante sur la Lune et de mettre en valeur d’autres imaginaires inspirés par les récits indiens de l'auto-détermination.

Dans la boutique Pop Rock Lune conçue par super/collider seront proposés toutes sortes d'éclairages lunaires éphémères.

La République de la Lune est une exposition itinérante, produite par The Arts Catalyst avec FACT. La première version de l'exposition a été présentée à FACT Liverpool en hiver 2012 (voir la page sur ArtCatalyse International). L'exposition et la résidence ont été rendus possibles grâce à des subventions pour le soutien des arts d’Arts Council England et Facilities Council Science & Technology.

Les artistes : Agnes Meyer- Brandis, Leonid Tishkov, Katie Paterson, Liliane Lijn, WE COLONISED THE MOON, Hagen Betzwieser, Sue Corke, Tomas Saraceno, Joanna Griffin.