Expositions à venir

La Cité Posthumaine : Climats, Habitats, Environnements

NTU Centre for Contemporary Art Singapour

23.11.2019 - 23.02.2020

Suivant

Communiqué de presse

 

Reprenant le sujet de recherche principal du NTU CCA Singapore, les climats, les habitats et environnements comme point de départ, l'exposition The Posthuman City étudie les possibilités d'une coexistence attentive et respectueuse entre les espèces et d'un partage conscient des ressources. À travers des propositions imaginatives à la croisée de l’art, du design et de l’architecture, les artistes sélectionnés abordent des questions comme la définition de l’état d’être humain et abordent des questions de durabilité, de pénurie d’eau, de communautés invisibles, de la nature en tant que forme de culture et suggèrent la mise en œuvre des savoirs autochtones vivants. Les œuvres présentées vont de l'installation aux supports temporels, examinant le tissu urbain dans son état comme habitat pour une diversité de formes de vie.








































 


















































English








Actuellement, plus de la moitié de la population humaine mondiale vit dans des zones urbaines. La croissance urbaine pose des problèmes aux différentes catégories de citadins et crée des exigences matérielles qui causent des dommages durables à l’environnement au sens large. La crise climatique annonce déjà des scénarios menaçants, en particulier pour les régions côtières et les mégapoles situées le long des côtes. L'urbanisation mondiale et l'exploitation des ressources se font aux dépens de l'homme et des autres espèces. La ville posthumaine met en avant des artistes qui proposent un changement de perspective.


Soulignant l’importance vitale de l’eau salubre et les défis de sa rareté partout dans le monde, Lucy + Jorge Orta ont développé un projet à long terme sur la collecte, l’épuration et la distribution de l’eau. OrtaWater propose des dispositifs peu coûteux de purification de l’eau permettant à l’eau souillée d’être pompée et filtrée directement à partir de sources locales. De même que la lutte contre la pollution de l’eau, Soya C(o)u(l)ture d’Irene Agrivina montre comment transformer les eaux usées issues de la production de tofu et de tempeh en biomatériaux utilisables, carburant, engrais et tissus analogues au cuir.


Les peuples autochtones de divers territoires du monde, ayant des liens historiques et culturels profonds avec leur terre, ont préservé des modes de vie durables qui respectent les limites des ressources de la planète. Appelant à un échange de connaissances entre les communautés autochtones et les scientifiques et théoriciens urbains contemporains, les Earth Drawings de Marjetica Potrč font référence à l’importance des connaissances et des cosmogonies autochtones. La coexistence planétaire entre les espèces reconnaît la présence et l’agence de diverses formes d’intelligence. Nicholas Mangan s’inspire des termites et de leur capacité à construire des architectures sophistiquées et dynamiques qui fournissent un modèle d’organisation sociale et économique décentralisée. De son côté, Animali Domestici étudie l’urbanité de Bangkok sous l’angle du python. En cartographiant la ville à travers l’expérience d’un serpent, la tapisserie qui en résulte place ces animaux au centre, déplaçant ainsi l’humain de sa situation privilégiée.


La relation d'exploitation entre les humains et les autres créatures vivantes, incluant la domestication des animaux, est également examinée dans Untitled (Human Mask) de Pierre Huyghe, où l'artiste filme un singe, Fuku-chan, qui, dans la vie réelle, joue le rôle de "serveuse" dans un restaurant. Après les premières images d'un paysage dévasté, nous suivons le singe dans le restaurant et la maison sombres et vides, utilisant une perruque et une robe, ainsi qu'un masque créé par Huyghe. Combinant des corps humains malades à la flore et à la faune, la série de collages Ghostpopulations d’Ines Doujak transforme les dessins de manuels de médecine du XIXe siècle en des ensembles époustouflants. Tout en donnant une visibilité aux populations marginalisées, maltraitées et déracinées, les images dystopiques nous rappellent également la menace des maladies pandémiques dues au changement climatique.


La mort, dans une perspective post-humaniste, n’est pas inévitable et fait partie de la vie, mais c’est aussi un événement qui appartient déjà à notre passé. En changeant les récits autour de la mort, Jae Rhim Lee a mis au point un costume d'inhumation, une alternative respectueuse de l'environnement aux processus funéraires classiques. Soulignant l’importance du compost (culture d’organismes décomposant les déchets), l’Infinity Burial Suit suggère également un lien étroit entre la résistance humaine à la mortalité et le déni du changement climatique.


Parabole sur les collisions économiques, les transactions financières, les arts martiaux mixtes et la culture contemporaine en général, l'installation d'écran Hito Steyerl, Liquidity Inc., utilise l'eau et la liquidité comme des tropes. S’ouvrant avec Bruce Lee, « Sois liquide, mon ami », l’œuvre détaille la circulation des images numériques, des données volumineuses, des informations, des actifs financiers, de la main-d'œuvre et des systèmes météorologiques. Le maillage complexe des structures du capitalisme tardif doit être détourné afin de laisser la place à de nouvelles politiques écologiques et durables qui valorisent les personnes et la vie plutôt que le profit.


Les artistes : Irene Agrivina (Indonésie) / Animali Domestici (Italie / Thaïlande) / Ines Doujak (Autriche / Royaume-Uni) / Pierre Huyghe (France / États-Unis) / Jae Rhim Lee (Corée du Sud / États-Unis) / Lucy + Jorge Orta (Royaume-Uni) , Argentine / France) / Nicholas Mangan (Australie) / Marjetica Potrč (Slovénie / Allemagne) / Hito Steyerl (Allemagne)


La Ville posthumaine, à travers des propositions artistiques, entend ouvrir le débat sur le rapport déséquilibré d’une pensée anthropocentrique avec le cadre de vie. L’exposition est organisée par Ute Meta Bauer, professeur à la School of Art, Design and Media de NTU et directeur fondateur de la NTU CCA Singapore, et Laura Miotto, professeure associée à la School of Art, Design and Media de la NTU.
















1. Irene Agrivina, SOYA C(O)U(L)TURE, 2014, installation view of XXLab: SOYA C(O)U(L)TURE workshop, Post City, Ars Electronica 2015. Courtesy Ars Electronica, Linz. 2. Ines Doujak, Ghospopulations (detail), 2016–19. Courtesy the artist. 3. Marjetica Potrč, The Pot Maker Shapes Unity, 2016. Courtesy the artist and Galerie Nordenhake, Berlin, Stockholm, Mexico City. 4. Hito Steyerl, Liquidity Inc., 2014. Courtesy the artist and Esther Schipper, Berlin.

Exposition du 23 novembre 2019 au 23 février 2020. NTU Centre for Contemporary Art Singapore, Gillman Barracks , 43 Malan Road - Singapore 109443 (Singapour). Tél.: +65 6460 0300. Ouverture du mardi au dimanche de 12h à 19h.











 







 











 





 



























 





 











La Cité Posthumaine : Climats, Habitats, Environnements, NTU Singapour

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2019. Tous droits réservés