Kader Attia, Reparation. 5 Actes
KW Institute for Contemporary Art, Berlin (Allemagne)

26.05 - 25.08.2013


Précédent Suivant

English
Deutsch


Traduction du communiqué de presse E-Flux

 

Repair. 5 acts au KW Institute for Contemporary Art constitue la première exposition personnelle institutionnelle de l'artiste franco-algérien Kader Attia en Allemagne. Pour KW, Attia développe une installation spécifique en cinq actes, qui applique son concept de «réparation» comme une reconstruction dans un sens plus large de sujets politiques, culturels et scientifiques, avec l'examen de leurs différentes interactions.




 

Exposition du 26 mai au 25 août 2013. KW Institute for Contemporary Art, Auguststrasse 69 – 10117 Berlin (Allemagne). Tel.: +49 30 2434 590. Ouverture du mercredi au lundi de 12h à 19h. Nocturne le jeudi jusqu'à 21h.



La pratique artistique de Kader Attia (né en 1970 à Dugny) se caractérise par sa vie entre plusieurs cultures et territoires européens et africains avec leurs contrastes et différences. Les installations spatiales, vidéos et photographies de Kader Attia tirent leur potentiel de la tension entre des formes d'expérience sensuelles et un contenu qui explore nos constructions de la réalité.

Commissaire d'exposition : Ellen Blumenstein


Kader Attia, Réparation. 5 Actes, KW Institute for Contemporary Art, Berlin

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés

Kader Attia, Fragmental #2, 2013.  Drawing on printed image. © Kader Attia, 2013.

L'exposition met en relation les thèmes sur lesquels Attia a travaillé depuis plusieurs années, à la fois en les associant et par moments comme cadres d'argumentaires. L'artiste combine l'approche européenne de son propre passé colonial dans le cadre de la Première Guerre mondiale, avec les luttes pour l'indépendance sur le continent africain, avec la politique de migration actuelle et les mécanismes de construction identitaire. Dans cette installation, Attia examine également sa recherche de longue date dans les processus de ré-appropriation, telle que présentée récemment à la Documenta (13) de Kassel.

Attia développe une dramaturgie qui conduit le public à travers les installations comme s'il s'agissait d'une course d'obstacles et invite le visiteur à réfléchir sans prescrire des perspectives prédéterminées. Chacun des cinq actes éclaire le topos de «réparation» d'un point de vue différent, de sorte que l'image globale de la notion de «réparation» d'Attia se dévoile lorsque le parcours, action après action, est achevé.


Kader Attia, Fragmental #2, 2013.  Drawing on printed image. © Kader Attia, 2013.

Archives 1er semestre 2013