Archives 1er semestre 2022

Igshaan Adams, Kicking Dust

Kunsthalle Zürich (Suisse)

04.02 - 22.05.2022

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


"Igshaan Adams a un don formidable pour la délicatesse et la compréhension d'un poète du temps, de la façon dont il peut éroder et marquer notre vie quotidienne." —Hilton Als


La Kunsthalle Zürich présente la première grande exposition personnelle d'Igshaan Adams en Europe continentale. Elle arrive en Suisse depuis la Hayward Gallery de Londres où elle a été présentée de mai à juillet 2021. L'exposition Kicking Dust s'apparente à un parc, un paysage qui absorbe et nous entoure du quotidien, du désir, du récit et d'innombrables contrastes.











































 


















































English
Deutsch























Expositions en cours et à venir

L'art d'Igshaan Adams parle d'origine, de religion et de sexualité et relie le proche, le lointain et ce qui semble contradictoire. Les tapisseries tissées, les sculptures en filigrane et les structures expansives relient les contraires. Elles tissent des fils, retiennent et trament ensemble des idées. Son art est abstrait, poétique et en même temps ancré dans l'expérience vécue. Il absorbe les visiteurs tout en laissant de l'espace et du calme pour la réflexion. L'exposition Kicking Dust évoque un jardin ou un parc jalonné de chemins, d'envies et de souvenirs visibles et invisibles.

Igshaan Adams (né en 1982) vit et travaille au Cap, en Afrique du Sud. Sa biographie, comme il le dit dans des interviews, est façonnée par l'expérience que beaucoup de choses se rejoignent à la fois chez une personne, mais aussi dans les sociétés - de nombreux éléments qui semblent ne pas pouvoir être connectés ou semblent s'exclure mutuellement. Adams est né en 1982 à Bonteheuwel, un canton ségrégationniste du Cap créé entre 1961 et 1964. Pendant l'apartheid, les communautés noires et «métissées» - une classification des personnes de diverses ethnies mixtes - ont été contraintes de s'installer dans des parties de la ville considérées comme stériles et indésirables. En tant que créole d'origine malaise, Adams était classé comme métis. Musulman pratiquant, il a grandi avec des grands-parents chrétiens et, ouvertement homosexuel, il occupe une position fragile au sein de cette même communauté religieuse.

Kicking Dust trace des chemins à travers des tissages denses qui semblent se croiser sur le sol de la galerie. Ces sillons sont basés sur les voies improvisées et non planifiées (lignes de désir) parcourues par les habitants de Cape Town. Situés à la frontière de Bonteheuwel et de la commune voisine de Langa, ces chemins ont beaucoup été parcourus, malgré une histoire d'hostilité raciale et religieuse entre les différentes communautés.

L'art d'Adam, cependant, n'est pas implicitement biographique. Il n'est pas figuratif ou anecdotique, mais abstrait - et pourtant extrêmement formel. Le matériau est central : dans le cas d'Adams, du cordon, des perles de verre, du plastique, du bois, de la soie, du verre ou du tissu, qui sont tissés dans de grands tapis ou de vastes installations. Certains d'entre eux sont fabriqués par Adams lui-même, bien qu'il soit souvent assisté par des femmes qui maîtrisent les techniques de tissage traditionnelles qui leur ont été transmises de génération en génération. Grâce à cette collaboration, les traditions, les idées et les histoires des autres se retrouvent dans son travail.

Le tissage est un métier ancien, dans lequel le simple entrelacement de matériaux crée des motifs élaborés. Grâce à la patience et au soin, le travail d'Adams transforme et recycle des matériaux humbles du quotidien en compositions opulentes d'une beauté extraordinaire. Le tissage d'Adams est limpide dans la mesure où chaque élément reste indépendant, même s'ils sont solidement intégrés : une perle de verre reste une perle de verre, mais en combinaison avec d'autres, elle devient quelque chose de nouveau. Le tissage unit sans dissoudre la différence. Cela donne lieu à des espaces picturaux et des installations immersives qui nous absorbent en tant que participants comme si nous étions la perle. Le visiteur est intégré dans le processus tout en restant autonome. Les installations d'Adams sont donc des espaces d'expérience. Ils peuvent être physiques, esthétiques, transcendantaux ou même religieux, et ils sont toujours impressionnants.

Kicking Dust, le titre de l'exposition, fait référence à une danse indigène sud-africaine qu'Adams a observée dans son enfance au sein de la communauté Nama de ses grands-parents dans la province du Cap Nord. Décrite comme « danser dans la poussière », la danse est un rituel de parade nuptiale où des nuages ​​de poussière jaillissent du sol alors que les interprètes frappent énergiquement le sol sec. Tout au long de l'exposition, des sculptures en forme de nuage faites de fils spiralés et de perles planent dans l'espace, résonnant avec l'image de la poussière balladeuse ramassée sur la terre en dessous. « Kicking dust » peut être compris comme une allégorie de l'art en général, comme une activité qui jette des choses en l'air. La poussière n'est rien, la poussière est tout, elle est, comme le temps, sans importance et essentielle.

L'exposition est organisée par la Hayward Gallery de Londres en collaboration avec la Kunsthalle Zürich. À la Hayward Gallery, l'exposition a été organisée par Tarini Malik et Marie-Charlotte Carrier.















Exposition du 04 février au 22 mai 2022. Kunsthalle Zürich, Limmatstrasse 270 - 8005 Zürich (Suisse). T. +41 (0) 44 272 15 15. Ouverture mardi, mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 11h à 18, nocturne le jeudi jusqu’à 20h.

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2022. Tous droits réservés

Igshaan Adams, Kicking Dust, Kunsthalle Zürich, Suisse