Archives 1er semestre 2016

Fluidité

Kunstverein in Hamburg (Allemagne)

30.01- 10.04.2016

PrécédentSuivant

Traduction du communiqué de presse E-Flux


50 ans plus tard: La dématérialisation de l'objet d'art de 1966 à 2016 est une exposition de référence croisée sur l'état permanent de transformation qui nous entoure, mettant l'accent sur l'art dit conceptuel qui interroge le monde où nous vivons. Un monde dans lequel. les anciennes formes de travail, de comportement, d'art ne fonctionnent plus et où les nouvelles formes doivent encore être décrites.













































English
Deutsch




L'exposition Fluidité survole l'histoire de la «dématérialisation» de 1966 à 2016, élargissant la portée de ce terme, au-delà des stratégies politico-conceptuelles passées, pour intégrer la génération de la génération digitale. La société et les pratiques artistiques se sont considérablement transformées au cours des cinquante dernières années. Le débat à propos de ces changements - leur impact sur l'art, les débats politiques associées - est précisément ce que le Kunstverein de Hambourg cherche à susciter.

L'art conceptuel des années 1960 semblait dissoudre l'œuvre d'art en un objet matériel, en faveur d'un art  bâti sur des idées et des concepts critiquant les mécanismes du marché et le canon moderniste. À son tour, l'art des années 1990 a utilisé la participation pour réévaluer les structures économiques et institutionnelles. Les deux mouvements ont promu une «dématérialisation» de l'art, destiné à stimuler activement le spectateur. Ce terme a été inventé en 1968 par la curatrice et critique Lucy Lippard; dans notre monde hypermédiatisé, numérique et en réseau - un monde sans doute plus fluide et dématérialisé que jamais - il mérite une relecture. À cette fin, Fluidité juxtapose l'art des deux périodes avec le travail conceptuel produit par une jeune génération d'artistes, qui ont développé de nouvelles stratégies et évaluations critiques de la société d'aujourd'hui.


En suivant la «dématérialisation» des années 1960 jusqu'à aujourd'hui, Fluidité révèle de plus larges tendances sociales et la façon dont elles ont été reflétées dans l'art politique. Ces tendances intègrent le développement de l'économie néolibérale et du marché de l'art, la «liquéfaction» croissante à la fois des valeurs et des devises et la dématérialisation des processus de travail. Grâce à cette approche, l'exposition vise l'unilatéralité des débats récents sur la matérialité et l'art. Elle autorise également un nouveau débat et une réflexion critique: sur les conditions actuelles de la représentation - et la délimitation de l'art comme un champ.

Avec Sarah Abu Abdallah, Heba Amin, Eleanor Antin, Darren Bader, Tyler Coburn, Simon Denny, Jason Dodge, Maria Eichhorn, Dora García, Liam Gillick, Melanie Gilligan, Goldin + Senneby, Pierre Huyghe, Roberto Jacoby, Hanne Lippard, Lee Lozano, Mathias Poledna, Mladen Stilinović, UBERMORGEN.


Organisée par Bettina Steinbrügge (Kunstverein de Hambourg), Nina Möntmann (Royal Institute of Art, Stockholm), et Vanessa Joan Müller (Kunsthalle Wien), l'exposition est accompagnée  d'entretiens d'artistes avec Heba Amin, Darren Bader, Tyler Coburn, Simon Denny, Jason Dodge, Hanne Lippard, et une présentation de livres de Goldin + Senneby. Un ouvrage sera publié en association avec l'exposition.




























Fluidité, Kunstverein in Hamburg

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2016. Tous droits réservés

Exposition du 30 janvier au 10 avril 2016. Kunstverein in Hamburg, Klosterwall 23 – 20095 Hamburg (Allemagne). Ouverture du mardi au dimanche de 12h à 18h.





 





 



























 





 











Darren Bader, goat as microprocessor that vomits blood to grow basil. Dimensions variable.