Archives 1er semestre 2017

Emily Wardill, Matt Black and Rat

Hammer Museum, Los Angeles (Etats-Unis)

20.01 - 26.03.2017

PrécédentSuivant

Traduction du communiqué de presse E-Flux

 

Matt Black and Rat est la première exposition personnelle d'Emily Wardill dans une institution publique en Norvège et sa plus grande exposition personnelle depuis quelques années. Elle présente deux nouvelles oeuvres cinématographiques ainsi qu'une nouvelle série de reliefs sculpturaux et des rayogrammes encadrés.

Pour cette exposition, la Bergen Kunsthall (en association avec le Museu Calouste Gulbenkian de Lisbonne) a commandé un nouveau film,
No Trace of Accelerator (2017) qui prend comme point de départ le mystérieux incident d'une série de feux apparemment spontanés qui ont éclaté dans une ville française isolée au milieu des années 1990. La cause des incendies est restée inexpliquée pendant quelques mois, une période où toutes sortes de peur, de panique et de superstition ont saisi la petite communauté. Les incendies ont finalement été expliqués, mais la réaction des populations a fait l'objet d'une étude de cas sur l'amplification sociale du risque, rédigée par les anthropologues Marc Poumadere et Claire Mays.













 


















































English





En s'appuyant sur ses propres recherches sur les événements, ainsi que sur la structure et la psychologie des contes de fées et des histoires d'horreur, Emily Wardill utilise la figure du feu lui-même comme un moyen d'explorer les implications physiques, psychologiques et narratives pour tenter de «modeler» des entités, des énergies ou des objets qui sont en flux constant. Filmé sur une série d'ensembles stylisés et construits, avec un casting de personnages archétypiques vaguement basés sur les vrais protagonistes, Wardill introduit l'idée du feu comme un objet chaotique et imprévisible - une métaphore pour diverses conditions de peur, d'instabilité, d'incertitude et d'horreur.

Est également présent dans l'exposition un autre nouveau film, I gave my love a cherry that had no stone (2016). Tourné à l'intérieur du Museu Calouste Gulbenkian, à Lisbonne, l'œuvre endosse une qualité quasi sculpturale - à la fois par sa construction cinématographique et son installation physique. L'espace, la matière et la présence humaine et l'agencement est étrangement confus lors du glissement de la caméra à travers l'intérieur moderniste, le hantant et «performant» dans une sorte de duo fantomatique avec le protagoniste éthéré. A côté d'un nouveau groupe de reliefs sculptés - qui s'appuient sur le motif de la chemise d'un homme fraîchement déballée - et d'une série de rayogrammes encadrés de grande taille, l'exposition a été conçue comme une expérience holistique, répondant à l'architecture de Bergen Kunsthall pour créer un environnement désorienté et fortement chargé.











Emily Wardill, Matt Black and Rat, Hammer Museum, Los Angeles

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2017. Tous droits réservés

ArtCatalyse Expositions internationales

Emily Wardill, No Trace of Accelerator (still), 2017. Comissioned by Bergen Kunsthall and Museu Calouste Gulbenkian, Lisbon, with funds from Arts Council Norway.



Emily Wardill, No Trace of Accelerator (still), 2017. Comissioned by Bergen Kunsthall and Museu Calouste Gulbenkian, Lisbon, with funds from Arts Council Norway.

Exposition du 20 janvier au 26 mars 2017. Bergen Kunsthall, Rasmus Meyers allé 5 - 5015 Bergen
(Norvège). Tél. : +47 940 15 050. Ouverture du mardi au dimanche de 11h à 17h, nocturne le jeudi jusqu’à 20h.