Expositions en cours

Ecologies postcoloniales

Darat al Funun - Fondation Khalid Shoman, Amman (Jordanie)

09.03 - 30.09.2021

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


Se déroulant à travers une exposition, une résidence en ligne, un programme public et une académie d'été, le projet Écologies postcoloniales débat et réfléchit sur des questions écologiques essentielles, abordant la manière dont les pratiques coloniales et les économies extractives ont affecté / contaminé les environnements naturels des peuples autochtones et des écosystèmes indigènes.











































 


















































English










Exposition du 9 mars au 30 septembre 2021. Darat al Funun - Fondation Khalid Shoman, 9 Moh'd Ali al Saadi St.Jabal al Weibdeh

Amman 11118 (Jordanie). Tél. : +962 6464 3251. Ouverture du samedi au jeudi de 10h à 19h.












 







 











 





 



























 





 











S'éloignant de la violence épistémique imposée par les technologies dominantes de mesure et de calcul qui soumettent les formes de vie à la logique du marché, Écologies postcoloniales met au jour des systèmes de savoirs autochtones enracinés dans des conceptions de la nature et de la terre comme sources de vie et de subsistance. En s'appuyant sur les écrits de Frantz Fanon, les participants sont invités à s'engager dans des lectures critiques de la décolonisation et à spéculer sur les futurs de la vie qui reconnaissent la terre comme «la valeur la plus essentielle», son humus à la fois porteur de mémoire collective / traumatisme et site de résurgence et de régénération anticoloniales. Contre une syntaxe moderne de prédation et d'extraction, ce programme aux multiples facettes invoque d'autres mondes en devenir, explorant des formes radicales d'organisation sociale centrées sur l'entraide et la collaboration au-delà de l'humain.


Commissaires: Joud Al-Tamimi, Firas Shehadeh et Reem Marji.


Présentant des œuvres de la collection Khalid Shoman, l'exposition principale s'ouvrira le 22 mai 2021 dans le bâtiment principal de Darat al Funun à 18 heures. Parmi les artistes participants, on peut citer Ali Jabri, Ahmad Nawash, Amal Kenawy, Asunción Molinos Gordo, Etel Adnan, Gouider Triki, Jananne Al-Ani, Jumana Emil Abboud, Laila Shawa, Maha Mustafa, Moataz Nasr, Mohammad Hawajri, Mona Hatoum, Nicola Saig, Rachid Koraïchi, Samia Halaby, Vladimir Tamari et Wael Shawky.

L'exposition présentera également des œuvres extérieures à la collection, y compris des commandes d'artistes locaux répondant au cadre conceptuel du projet. La programmation complète sera annoncée dans les mois à venir.


La résidence de laboratoire

Dans le cadre des activités en ligne dans le cadre des écologies postcoloniales, une résidence Web a lieu du 1er mars au 30 mai 2021. Engageant avec les concepts de perspective, de partage du monde et de communs plus qu'humains, les projets finaux seront exposés sur le site en ligne. Parmi les artistes résidents, on peut citer Mays AlBeik, Nadine Fattaleh et Ali Eyal.


Programme public

Les expositions seront accompagnées d'un programme d'activités d'apprentissage et d'événements discursifs, avec des conférences, des séminaires, des ateliers et des performances conçus pour faciliter le dialogue interdisciplinaire et créer de nouveaux espaces d'engagement, de conversation et d'échange.

Le programme public comprend également une collaboration avec Kareem Estefan, qui a été invité à organiser une série mensuelle. Positionnant la pratique spéculative de la construction du monde comme un acte poétique de réparation des écologies présentes et futures dans le sillage de la violence impériale, cette série présentera des artistes, des écrivains et des universitaires qui pensent au-delà des «futurs verts» pour imaginer un monde transformé par la décolonisation et la dé-croissance, un monde qui cultive des structures de soins et de parenté au-delà de la figure de l'humain. Les invités incluent T. J. Demos, Muna Dajani, Vivien Sansour, Maryam Monalisa Gharavi, Nadya Sbaiti et bien d'autres.


Académie d'été

Le prochain programme de l'Académie d'été de Darat al Funun se déroulera du 1er juin au 30 juillet 2021. L'académie offre aux participants l'espace nécessaire pour développer leur pratique artistique dans un cadre critique qui encourage l'expérimentation, le partage des connaissances et l'apprentissage communautaire. Le programme de cette année sera organisé autour d’un ensemble de questions fondamentales concernant la crise écologique, les systèmes de valeur et les futurs de la vie, à la lumière desquelles les participants exploreront de nouvelles stratégies conceptuelles et esthétiques qui croisent les pratiques artistiques et écologiques.

Ce programme de deux mois comprend trois chapitres différents: « Pédagogie de la réhabilitation », « Témoignage et construction du monde à l’éveil » et « Visions depuis le «No Man’s Land» ».


La pédagogie de la régénération prend l'acte de «rebâtir» comme point de départ, régénérant le sol des ravages de la monoculture agricole et renouant les cultures du savoir local à partir de la colonisation et de l'empiétement sur le néolibéralisme. C'est une approche pour envisager de nouveaux réseaux, systèmes et processus qui peuvent engendrer de nouvelles configurations spatiales et sociales essentielles pour de nouvelles réalités politiques, socio-économiques, environnementales et matérielles.


« Witnessing and Worldbuilding in the Wake » explore les théories du témoignage qui vont au-delà des discours sur le traumatisme social et le droit international, en s'inspirant plutôt de pratiques artistiques et sociales de «fabulation», de «spéculation» et de «construction du monde». En s'adaptant aux différentes conditions temporaires de catastrophe vécues par différentes communautés, seront recherchés des modes de «témoignage comme construction du monde» qui remettent en question le «réalisme capitaliste» identifié par le critique culturel britannique Mark Fisher, dans lequel «il est plus facile d'imaginer la fin du monde que la fin du capitalisme.


Le programme se termine par The View from «No Man’s Land», qui examine les effets postcoloniaux sur l’écologie, le discours autour de «l’anthropocène», du numérique, de la lutte écologique, du calcul, de l’esthétique et de la valeur. En examinant les interactions entre les écosystèmes indigènes et la contamination coloniale et les façons dont cela affecte la vie, seront examinées les pratiques artistiques post-conceptuelles de l'art contemporain à travers le prisme de la pensée écologique.


Darat al Funun - La Fondation Khalid Shoman

2018 a marqué le 30e anniversaire de la fondation. Son histoire remonte à 1988, lorsqu'a été lancée une initiative pour soutenir les arts et les artistes de Jordanie et du monde arabe. Aujourd'hui, il s'agit d'une résidence artistique installée dans six bâtiments et entrepôts historiques rénovés, avec un site archéologique restauré dans le jardin. Darat al Funun poursuit activement sa mission en fournissant une plate-forme pour les artistes arabes contemporains. La fondation soutient les pratiques artistiques et les échanges artistiques, stimule le discours critique et la recherche. Une bourse d'étude de l'art arabe moderne et contemporain a été lancée en 2011. Le Lab est ouvert aux projets d'artistes émergents. Des activités éducatives sont proposées aux jeunes et les étudiants, y compris l'académie d'été annuelle. La bibliothèque d'art, les publications, films et archives numériques de la Fondation sont ouverts à la recherche et à la documentation.






















Ecologies postcoloniales, Fondation Khalid Shoman, Amman

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2021. Tous droits réservés

Mohammad Hawajri,  Animal Farm, 2012. Acrylic on Canvas, 203 x 191 cm.



Mohammad Hawajri,  Animal Farm, 2012. Acrylic on Canvas, 203 x 191 cm.