Expositions en cours

Écologie synthétique

798CUBE, Beijing (Chine)
22.09.2022 - 31.01.2023  

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


La première Biennale d'art et de technologie de Pékin (BATB) se tient au 798CUBE du 22 septembre 2022 au 31 janvier 2023. Sous le thème de l'écologie synthétique, cette édition inaugurale est dirigée par Xiewei Song et Hera Lee, et organisée par Xiaowen Chen et Naiyi Wang.









































 


















































English
























Expositions en cours et à venir

Dégradation écologique, réchauffement et changement climatique, limites de la croissance... ces conséquences nous disent que la terre n'est pas une entité qui peut être soumise aux caprices humains. À l'ère de la croissance effrénée, dans une période de développement technologique continu et d'expansion de la conscience de soi, les humains ont réalisé la nécessité de la coexistence avec les animaux, les plantes et la matière. Lorsque le scientifique britannique James Lovelock a proposé pour la première fois l'hypothèse Gaïa dans les années 1970 - envisageant la Terre comme un super-organisme – a débuté une nouvelle façon de comprendre la vie qui considère la Terre comme une entité "vivante", capable de s'autoréguler et de maintenir la stabilité et la continuité des systèmes existants.

La terre est un écosystème, et nous sommes empêtrés dans des écologies qui se chevauchent sur la nature, la société et l'esprit. Le paradigme des Lumières a obscurci l'écologie pour laisser croire qu'elle est supposée intacte et peu développée, isolée de toute référence à la nature réelle. C'est ce que le philosophe et écologiste britannique Timothy Morton appelle les « hyperobjets » ou « l'écologie sans nature ». La perte de la dimension naturelle de l'écologie a donné naissance à un mode de pensée particulier, permettant de repenser les concepts opposés dans le dualisme culture/nature, sujet/objet, humain/non-humain, d'explorer davantage les technosciences et les cultures d’une nature plus-qu’humaine.

Cette première édition de la Beijing Art and Technology Biennale (BATB), intitulée Synthetic Ecology, vise à explorer l'enchevêtrement de la vie dans la symbiontique. En tant que métaphore, le «synthétique» sonde les possibilités de reconfiguration de la nature en examinant l'imaginaire écologique post-humain, formant une nouvelle approche ontologique de l'égalité. Ce concept interroge la position dominante de l'être humain dans les systèmes écologiques, confronte le dynamisme de toute chose sur terre et réinterroge ces interconnexions complexes et intimes. L'écologie synthétique est composée de trois parties : la nature radicale, la vie enchevêtrée et l'évolution entrelacée. Élargissant les horizons de notre pensée de l'humain/société au tout/univers, ces concepts réfléchissent aux possibilités d'évolution future à la fois d'un point de vue planétaire et à l'échelle planétaire.

Nature radicale
L'émergence de nouvelles technologies à l'heure actuelle a conduit à une nouvelle vision écologique de «l'hyper-nature». Le fossé entre le naturel et l'artificiel a été largement dissous par les développements de la science et de la technologie. Nous créons un monde qui n'est gouverné ni par les forces naturelles ni par la logique scientifique, mais plutôt par les pouvoirs entrelacés des deux. Neri Oxman utilise la biotechnologie, la science des matériaux et la fabrication numérique pour concevoir notre propre écologie naturelle, dans laquelle « le naturel » et « l'artificiel » sont liés. Alexandra Daisy Ginsberg ressuscite numériquement une espèce disparue, la ramenant à la vie dans un environnement artificiel. Le pouvoir de la science et de la technologie donne à « l'existence » une nouvelle norme, comme un appel à une réalité alternative.

Vie enchevêtrée
Rosi Braidotti décrit la condition post-humaine du monde actuel comme un continuum nature-culture. L'œuvre de Patricia Piccinini met l'accent sur l'hétérogénéité des formes de vie - ce respect de l'hybridité révèle notre symbiogenèse, nos malheurs partagés et notre communion avec toutes choses. Enquêtant sur le mécanisme de la vie au niveau culturel, Oron Catts et Ionat Zurr repensent l'avenir des phénomènes vivants en reproduisant l'expérience de Leduc pour créer des «protocellules». Le regard de Terike Haapoja sur la vie appelle à réaffirmer des idées radicales sur «l'être», dans les moments de la vie et de la mort.

Évolution entrelacée
Depuis l'époque de la poussière d'étoiles, l'évolution n'a jamais déconnecté "humain" et "non humain". Il faut repenser les relations d'interdépendance entre soi et une plante, un grain de poussière, un courant d'eau ou un amas d'étoiles, et ainsi se plonger dans les propriétés en constante évolution des écosystèmes eux-mêmes. Écouter Gaia et ressentir du respect pour l'univers, comme Liang Shaoji, qui a gardé des colonies de vers à soie pendant plus de 30 ans, ou la sombre prophétie de Rimini Protokoll d'un avenir de méduse. Špela Petrič nous invite dans un monde linguistique de plantes, pour lire leurs « paroles silencieuses ». Toutes ces rencontres autres qu'humaines répondent non seulement à l'idée d'existence enchevêtrée de Karen Barad, mais cultivent également une conscience planétaire qui envisage les possibilités d'évolution future.

Le BATB prend la forme d'une constellation d'expositions et d'initiatives, et rassemble 50 artistes, scientifiques et écologistes de renom du monde entier pour répondre aux symptômes saillants de notre « ère enchevêtrée », où calamité et vitalité sont des phénomènes contemporains. La Biennale présente les premières en Chine de 25 œuvres d'art, avec 15 nouvelles pièces créées en 2021-2022. De plus, le projet Climate Clock, qui a été présenté lors de la 26e Conférence des Nations Unies sur le climat à Glasgow en 2021 (COP26), participera également à la Biennale. C'est la première fois que ce travail urgent et réfléchi sera montré en Chine.

Parallèlement à l'exposition thématique, la Biennale lance le projet spécial Climate Care, l’une des premières initiatives en Chine dédiées à l'exploration de la convergence de l'art, de la technologie et du changement climatique, tout en cherchant à évoquer l'action sur la crise climatique sous toutes ses facettes. Depuis sa création, l'initiative Climate Care n'a cessé de promouvoir des mouvements innovants, en lançant Climate Clock #ActInTimeChina, la série de déclarations sur le climat, avec le programme de négociation sur le climat à venir lors de la 27e Conférence des Nations Unies sur le climat (COP27) du 6 au 18 novembre 2022. Des projets nouvellement commandés à Carla Chan et Entangled Others (Sofia Crespo et Feileacan McCormick) seront lancés parallèlement à la Biennale. De plus, Climate Care cherche à combiner la technologie Web3 et la technologie blockchain pour construire le Climate DAO, ouvrant de nouvelles voies pour l'action climatique.

Artistes participants: Alexandra Daisy Ginsberg, Anna Dumitriu et Alex May, Carla Chan, Entangled Others (Sofia Crespo et Feileacan McCormick), Xiang Jing, Neri Oxman et The Mediated Matter Group, Oron Catts et Ionat Zurr, Patricia Piccinini, Ralf Baecker, Rasa Smite et Raitis Smits, Rimini Protokoll, Liang Shaoji, Sophie Falkeis, Špela Petrič, Susan Schuppli, Suzanne Anker, Terike Haapoja, Terra0, Ursula Biemann, Art of Bio Machine, Climate Clock















Exposition du 22 septembre 2022 au 31 janvier 2023. 798CUBE, Route n ° 4 Jiuxianqiao, District de Chao Yang – Pékin (Chine).







 











 





 



























 





 











Écologie synthétique, 798cube, Beijing, Chine

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2022. Tous droits réservés