Expositions en cours

Chants tissés

Luleå (Suède)

19.11.2020 - 14.02.2021

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


Un projet de collaboration entre Public Art Agency Sweden et la Biennale de Luleå 2020


Avec Linnea Axelsson, Maria W.Horn, Ingrid Ogenstedt, Isak Sundström, Elisabete Finger et Manuela Eichner en collaboration avec Bárbara Elias, Danielli Mendes, Josefa Pereira, Mariana Costa et Patrícia Bergantin, Aage Gaup, Kapwani Kiwanga, Hanna Ljunllsten.


Sites: Välkommaskolan Malmberget Town, Luleå konsthall, Luleå University of Technology, ancienne prison Den Vita Duvan, Luleå et le parc naturel de Storforsen.














































 


















































English










Exposition du 19 novembre 2020 au 14 février 2021. Divers sites autour de Luleå (Suède).











 







 











 





 



























 





 











Le 19 novembre, la Biennale de Luleå a ouvert ses portes au public. La Public Art Agency Sweden se joint à la biennale à travers le projet Woven Songs, qui présente une série d'œuvres d'art et d'interventions artistiques organisées par Edi Muka en dialogue avec Karin Bähler Lavér, Emily Fahlén et Asrin Haidari, commissaires de la Biennale. À travers des sculptures, des installations, des contes, des chants et des spectacles de danse, le projet se faufile dans les expositions biennales de Luleå et apparaît sur des sites publics du comté de Norrbotten.


Woven Songs soulève des questions sur une chose aussi tangible que la terre même sur laquelle nous marchons chaque jour. La manifestation explore nos vies sur cette terre qui abrite à la fois un symbolisme profane et magique, le fondement matériel de la sainteté et de la vie et de la mort, juste sous nos pieds.


À Välkommaskolan, une école de la ville évacuée de Malmberget, les œuvres des artistes se connectent au paysage local et à une terre fracturée par les séquelles de l'industrie minière. L'école a déjà été évacuée et doit être démolie peu après la fin de l'exposition. Le site de l'ancienne prison Vita Duvan à Luleå est pour sa part exploré à travers une performance chorale et une installation sonore sur la force de liaison de la chanson liée aux histoires intégrées dans le site. À Luleå konsthall, se déroule l'histoire d'un illusionniste énigmatique et de sa fabrique en décomposition à force de tours de magie, une grange en train d'être dévorée par la terre à la périphérie de Jokkmokk. Sur les sites contrastés de l'Université de technologie de Luleå et des rapides de Storforsen, des formes sculpturales d'écorce de bouleau jaillissent du sol, portant leurs histoires intrinsèques. À la fin du parcours est présentée une œuvre chorégraphique, louant la terre en une danse rituelle fascinante mettant en scène le corps, les plantes et les fluides corporels des femmes.


«La relation des humains à la terre est devenue de plus en plus prégnante au cours des dernières années, et une grande partie de la crise dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui peut être attribuée à ce contexte. En elle-même, la géohistoire du comté de Norrbotten porte de nombreuses traces des systèmes d'idées qui ont façonné et façonnent encore la réalité sociale de notre siècle. Avec Woven Songs, nous tournons notre oreille vers le sol et écoutons les grondements, les traumatismes et les chants qui prennent vie », déclare Edi Muka, conservateur à Public Art Agency Sweden.


Woven Songs présente des œuvres nouvellement commandées par Linnea Axelsson, Maria W. Horn, Ingrid Ogenstedt et Isak Sundström, ainsi que des œuvres existantes d'Elisabete Finger et Manuela Eichner en collaboration avec Bárbara Elias, Danielli Mendes, Josefa Pereira, Mariana Costa et Patrícia Bergantin, Aage Gaup, Kapwani Kiwanga et Hanna Ljungh avec Mattias Hållsten.



















Chants tissés à Luleå (Suède)

 Kapwani Kiwanga, Positive-Negative (morphology), 2018/2020.

Kapwani Kiwanga, Positive-Negative (morphology), 2018/2020.

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2020. Tous droits réservés