Archives 1er semestre 2016

Anish Kapoor, Archéologie: Biologie

Museo Universitario Arte Contemporaneo, Mexico City (Mexique)

28.05 - 27.11.2016

PrécédentSuivant

Traduction du communiqué de presse E-Flux

 

Anish Kapoor affirme que lorsque le processus guide l'artiste, l’oeuvre est une découverte. Sa pratique artistique implique une approche phénoménologique basée sur l'expérience de l'acte créateur, comme l'artiste lui-même le suggère: « Je n'ai rien à dire, mais je sais que si je me plonge dans le processus, il me ramène à des significations que je n’aurais jamais pu imaginer. » Pour Catherine Lampert, commissaire de l’exposition Anish Kapoor. Archéologie: Biologie, ceci est un principe directeur de l'exposition dans laquelle l’oeuvre acquiert une dimension propre qui implique le spectateur, l’invitant à découvrir à la fois la plénitude et de la liberté de la forme, et l'espace potentiel créé par l'objet. Comme le déclare Kapoor: « Tant d’oeuvres [...] proviennent de l'idée que l'espace lui-même est seulement théoriquement défini, il y a quelque chose au-delà : une proposition sur l'espace considéré comme une idée poétique.». Cette expérience spatiale du travail génère une sensation « d’insurmontabilité », selon le terme de Horst Bredekamp, qui "induit les gens, face à l'absence de limites, à trouver des principes directeurs en eux-mêmes. »
















































English




Anish Kapoor, Archéologie: Biologie, MUAC, Mexico City

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2016. Tous droits réservés

La première section intitulée Formes générées automatiquement rassemble des oeuvres réalisés avec le matériau qui a établi la réputation de Kapoor vers la fin des années 1970: le pigment. La poudre de couleur était signifiante, car elle manquait de matérialité concrète. Souvent des objets mystérieux avec des frontières incertaines, d'autres axés sur l'interaction de la forme avec la lumière: des prismes parfaits et des miroirs qui prolongent et déforment l'espace. La deuxième section, De nombreux types de beauté, présente un monde post-industriel étrangement harmonieux, mettant en tension les idéaux de pureté et la précision mathématique de la forme - le gonflement de When I am Pregnant (1992) et la surface transparente du miroir de C- Curve (2007) -avec le grotesque et les extrusions de ciment scatologiques de Ga Gu Ma (2011-12). Dans la troisième salle, Le temps, nous sommes enveloppés par le dôme rouge monochrome Au bord du monde (1998), une œuvre qui cadre l'enlèvement comme un moyen de représenter l'infini. Enfin, dans Forces imprévisibles, nous sommes confrontés à des œuvres d'origine primitive, les formes caverneuses dans la terre et la couleur; My Red Homeland (2003) un disque de barattage de cire dans un mouvement perpétuel et en l'état de devenir; des peintures de silicone d'une matérialité viscérale et anthropophagique, et une vaste fissure biologique dans le mur de la galerie, Archeology and Biology (2007).

L'exposition a été produite par le Museo Universitario Arte Contemporáneo (MUAC), avec le soutien de son conseil d'administration, Patronato Fondo de Arte Contemporáneo, AC. En tant que musée universitaire, le MUAC est une institution de synergie artistique, académique et sociale, à l’intérieur de l’Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM).




Exposition du 28 mai au 27 novembre 2016. Museo Universitario Arte Contemporáneo, Centro Cultural Universitario Insurgentes Sur 3000 - 04510 México City, Delegación Coyoacán (Mexique). Tél. : +52 55 5622 6939. Ouverture mercredi et vendredi de 10h à 18h, jeudi et samedi de 10h à 20h.





 





 



























 





 











Anish Kapoor, My Red Homeland, 2003. © Anish Kapoor.



Anish Kapoor, My Red Homeland, 2003. © Anish Kapoor.
ArtCatalyse Expositions internationales