Archives 1er semestre 2014

Animisme
Home Workspace Program, Beyrouth (Liban)
25.02- 04.04.2014

PrécédentSuivant

Communiqué de presse e-flux


Animisme est un projet d'exposition multi-parties réalisé dans diverses collaborations depuis 2010. Le projet interroge les notions de modernité grâce à son horizon négatif, l'animisme. L’animisme étant à l'origine un concept anthropologique désignant de présumées croyances originelles de l'humanité sur une nature animée et des âmes en migration, ce projet le conçoit non comme une croyance, mais plutôt comme une catégorie où la modernité et la raison d’état imaginant l'absence ou la transgression de leurs propres limites conceptuelles, principalement entre la matière inanimée et les non-humains, chercheraient à leur définir un statut de « personne » doté d'une voix et de droits.














Animisme, Home Workspace Program, Beyrouth

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

Exposition du 25 février au 4 avril 2014. Home Workspace Program (HWP), Ashkal Alwan, Building 100, 1st Floor, Jisr al Wati, Street 90 - Beirut 2066-8421 (Liban).  Tél.: +96 1 1 423879.



 






La présente exposition présente des œuvres qui interrogent la dialectique des formats et des genres de l'imaginaire moderne institutionnel, comme le musée et son rapport au temps, à l'ordre et à la transformation (Chris Marker / Alain Resnais), le film ethnographique (Rudolph Poch), le complexe de la momie dans le cinéma (Artefakte), l'animation et la métaphore de l'animal (Walt Disney, Marcel Broodthaers, Jean Painlevé), le travail, les médias et le corps (Ken Jacobs), les limites psychiatriques de la subjectivité (Angela et Maurizio Lazzarato Melitopoulos), l'extase (Yayoi Kusama), le continuum du corps et de la technologie (Daria Martin), et des "scènes" exemplaires explorant la médialité et l'inscription de la mythologie et de l'enchantement, de la matérialité et du fétichisme dans la reconfiguration du pouvoir et des frontières modernes (Al Clah, Hans Richter, Len Lye, Yervant Gianikian / Angela Ricci Lucchi, Adam Avikainen, Otobong Nkanga), ainsi que les frontières actuelles dans les luttes autochtones (Paulo Tavares).







English


León Ferrari, no title, from the series L'Osservatore Romano, 2001/2007. Digital print on paper, 42 x 29.7 cm. Courtesy Fundación Augusto y León Ferrari.

Le projet ne cherche pas comment certaines personnes en viennent à percevoir des objets ou la nature comme des « êtres sociaux », mais inverse la question pour délimiter la façon dont les objets sont faits et si le statut de personne peut être refusé ou retiré. L’animisme devient alors une lentille à travers laquelle la décision des limites se dessine, qui situe les processus
esthétiques, comme l'effet de l'animation, à l’opposé du contexte
historique des mythologies coloniales et des mobilisations de la science moderne. Le projet vise à enregistrer les changements actuels à partir d'une critique de l'aliénation, de la réification et de l’objectivation, vers une production culturelle dans le cadre du paradigme de subjectivation et la mobilisation technologique de la mimésis pré-individuelle et relationnelle. Les œuvres et les documents d'archives présentés interrogent les effets symptomatiques des médias envers les frontières modernes, le lien entre actif et passif, poiesis et pathos, et procèdent ainsi à une refonte du paradigme  du réseau écologique du présent en termes de pratiques-limites et de critique des technologies des médias.


León Ferrari, no title, from the series L'Osservatore Romano, 2001/2007. Digital print on paper, 42 x 29.7 cm. Courtesy Fundación Augusto y León Ferrari.