Expositions en cours

Agnieszka Kurant, Paysage à risque

Mudam, Luxembourg (Luxembourg)

07.06.2024 - 05.01.2025

PrécédentSuivant

Communiqué de presse


Le Mudam Luxembourg – Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean a le plaisir d’annoncer l’exposition Risk Landscape d’Agnieszka Kurant, née en 1978 en Pologne. Rassemblant une série de cinq nouvelles commandes et des œuvres récentes, l'exposition explore l'imprévisibilité du futur en suggérant les défis auxquels sont confrontés des systèmes apparemment rationnels de données et de technologies prédictives. À travers son travail expérimental, l’artiste installée à New York examine le futur comme un objet spéculatif et propose une nouvelle compréhension de la manière dont les prévisions peuvent influencer – sans toutefois anticiper complètement – le cours de la nature, de l’économie et de la politique.































 


















































English



























Expositions en cours et à venir

Agnieszka Kurant, Chemical Garden, 2021–ongoing. Sodium silicate, salts of copper, nickel, cobalt, chromium, manganese, iron and zinc, extra clear glass. Collaboration with Dr. Magdalena Osial. © Agnieszka Kurant. Photo: Mathias Völzke. Courtesy of Kunstverein Hannover.

Agnieszka Kurant commente : « L’un de mes points de départ est le fait qu’aujourd’hui l’avenir se transforme en immobilier spéculatif. Cette exposition porte sur les traces du futur dans le présent et sur les technologies qui spéculent ou exploitent différents types de futurs.


À partir de l'œuvre in situ Future (Invention) (2024), répartie le long du couloir de verre menant au lumineux pavillon Henry J. et Erna D. Leir, Kurant explore la diversité des représentations spatiales du futur dans diverses cultures à travers une constellation du mot futur traduit en quatorze langues dont l’aymara, le maori, le darija, le malgache et le yupno, qui conçoivent le futur comme venant de derrière, d’en haut ou d’en bas et non comme étant devant nous, comme le décrivent les visions du monde occidentales. Au rez-de-chaussée, Kurant étudie l'impact de l'intelligence collective sur l'évolution des formes de vie, des minéraux et des systèmes économiques et écologiques. Les sculptures A.A.I. (System's Negative (2016) se composent de moulages en zinc de l'intérieur de termitières, qui ont émergé des arrivées de millions d'insectes pour servir d'habitats à ces sociétés de travailleurs animaux. Chemical Garden (2021-en cours) évoluera au long de la durée de l'exposition, avec des structures cristallines ressemblant à des plantes émergeant d'un mélange de produits chimiques inorganiques, en l’occurrence des sels de métaux utilisés comme composants dans les ordinateurs. Dans Alien Internet (2023, coproduit avec le Kunstverein Hannover), un assemblage numérique-biologique-géologique, Kurant utilise du ferrofluide, un matériau changeant de forme inventé pour la NASA en 1963 pour modéliser un organisme cybernétique en perpétuelle évolution, contrôlé numériquement dans un champ électromagnétique et constamment modifié par le comportement et la communication de millions d'animaux capturés avec les technologies numériques dans le monde entier. Il matérialise une formation géologique naturelle-artificielle récemment découverte, issue de la fossilisation de la peinture automobile dans des usines automobiles aujourd'hui disparues. La sentimentite (2022) est un nouveau minéral que Kurant a créé au niveau moléculaire en pulvérisant et en mélangeant des objets utilisés comme monnaie informelle ou officielle dans toute la civilisation humaine. La peinture à cristaux liquides Conversions (2023) réagit physiquement aux changements de la société par des transmutations quasi alchimiques d'énergie et de forme. La composition et la couleur des cristaux liquides qui composent sa surface peinte évoluent constamment en réponse aux données collectées avec des algorithmes d'intelligence artificielle à partir des comptes de réseaux sociaux de membres de mouvements de protestation du monde entier, qui expriment des idées et des émotions sur le changement du monde et son avenir. Des millions de personnes actent des changements dans l’apparence de cette œuvre d’art.


S'appuyant sur les traces de l'activité humaine, une série de sculptures exposées spécule sur la valeur économique future. Risk Landscape (2024) emprunte son titre aux stratégies de gestion des risques financiers, et décrit une évaluation des incertitudes et des menaces mesurables et non mesurables, ainsi que de l'exposition aux risques des actifs. En collaboration avec des data scientists et des spécialistes de la modélisation des catastrophes, Kurant a utilisé l'intelligence artificielle pour développer les formes de trois hologrammes présentant des simulations d'événements financiers, politiques et climatiques qui devraient survenir dans des zones géographiques spécifiques du monde, y compris au Luxembourg.


À l’étage inférieur du pavillon, Lottocracy (2024) tire son titre d’un concept radical d’économie politique et de gouvernance, proposant que les élections parlementaires soient remplacées par une sélection par loterie ou par tirage au sort. Cette installation de machine de loto révèle une série de statistiques, du risque d'être frappé par la foudre à la probabilité qu'un artiste ne perçoive aucun revenu de son art, en passant par la possibilité de gagner le jackpot de la loterie Mega Millions. L'œuvre montre de manière ludique que le risque ou le hasard sont aussi démocratiques que possible, en ramassant de nouvelles balles pour le public à intervalles réguliers. La Lottocratie est présentée à côté des cartes Gestion des Risques (2020) et Quasi-Objets (2024). La première présente des comportements collectifs irrationnels apparus de manière inexplicable dans l’histoire de l’humanité, tandis que la seconde retrace la création et la circulation des jeux dans le monde et utilise l’intelligence artificielle pour prédire d’autres jeux potentiels qui auraient pu évoluer. En conclusion de l'exposition, Future Anterior (2007) est un numéro du New York Times de juin 2020 avec des nouvelles prédites par un voyant professionnel en 2007, restituées sous la forme d'un numéro complet du journal, imprimé avec des pigments thermochromiques apparaissant et disparaissant selon la météo.


Construite autour de la notion de « futurité », entendue comme la capacité de se projeter dans le futur tout en prenant en compte une situation présente, l'exposition reflète l'intérêt de longue date de Kurant pour le futur de la création, décrit comme « une multitude d'agents : une polyphonie ou intelligence collective, impliquant des minéraux, des micro-organismes, des humains, des virus et des algorithmes. » Jouant avec les outils utilisés pour prédire l'avenir, Kurant s'interroge sur la manière dont les prédictions peuvent réussir ou échouer pour modéliser l'avenir. Avec Risk Landscape, l’artiste explore également l’évolution linéaire et non linéaire, ouvrant la voie à des futurs alternatifs. En étudiant les technologies qui surveillent, mesurent et monétisent la vie quotidienne et le monde qui nous entoure, Kurant était particulièrement intéressée par la proposition au Luxembourg : « Le Luxembourg fait actuellement partie des pays avec le PIB par habitant le plus élevé au monde. On pourrait le considérer comme un pays d’investissement, de spéculation et de fictions économiques. C’est donc un endroit parfait pour expérimenter le futur. »


Commissaire : Sarah Beaumont





















Agnieszka Kurant, Chemical Garden, 2021–ongoing. Sodium silicate, salts of copper, nickel, cobalt, chromium, manganese, iron and zinc, extra clear glass. Collaboration with Dr. Magdalena Osial. © Agnieszka Kurant. Photo: Mathias Völzke. Courtesy of Kunstverein Hannover.

Exposition du 07 juin 2024 au 05 janvier 2025. Mudam –Musé d'Art Contemporain du Luxembourg, 3 Parc Drä Eechelen -1499 Luxembourg (Luxembourg).T +352 45 37 85 1. Ouverture du mardi au dimanche de 10h à 18h, le mercredi de 10h à 21h.











 





 



























 





 











Agnieszka Kurant, Paysage à risque, Mudam, Luxembourg

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2024. Tous droits réservés