Suda Yoshihiro
Faggionato, Londres (Royaume-Uni)

06.06 - 20.10.2013


Précédent Suivant

English


Traduction du communiqué de presse

 

La galerie Faggionato présente Suda Yoshihiro, une exposition personnelle de l'artiste japonais Yoshihiro Suda avec ses sculptures en bois de plantes et de fleurs hyperréalistes.




 

Exposition du 8 juin au 16 août 2013. Faggionato, 49 Albemarle Street – London W1S 4JR (Royaume Uni). Tél. : +44 (0)2 07 40 97 979. Ouverture du lundi au vendredi de 10h à 18h, le samedi de 10h à 16h. Contacter la galerie pour les horaires d'été.




Suda Yoshihiro, Faggionato, Londres

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés

Suda Yoshihiro, Weeds, 2013. Peinture sur bois. © Yoshihiro Sud

Suda Yoshihiro, Weeds, 2013. Peinture sur bois. © Yoshihiro Suda

La nature de l'environnement ou de l'espace de la galerie est au cœur de la créativité de Suda. Pour l'artiste, les sculptures constituent des «interventions», des ajouts subtils à un espace existant. Chaque sculpture est seulement la moitié de l'œuvre d'art, l'autre moitié étant son installation. L'élément de surprise est au cœur de l'œuvre de Suda. En octobre 2000, il a installé ses interventions dans l'exposition Le sourire de Bouddha au Musée d'Art Okura à Tokyo. Les sculptures ont été placées dans les vitrines, provoquant les visiteurs à porter un deuxième regard. De même, en entrant dans cette exposition, les visiteurs pourront d'abord se demander si elles ont ou non oublié quelque chose. Le réalisme saisissant de chaque sculpture exige une inspection plus minutieuse, même si le spectateur sait déjà que dans l'environnement d'une galerie, il est peu probable qu'il existe de vraies plantes poussant sur les murs. Cette fusion des frontières entre réalité et illusion crée un sentiment surréaliste d'un ordinaire devenant une inquiétante étrangeté.

Suda a développé son intérêt à sculpter des plantes lorsqu'il était étudiant à l'université Tama Art de Tokyo au début des années 1990. A cette époque, l'art contemporain était essentiellement conceptuel et la notion qu'il puisse être décoratif ou esthétique était largement ignoré. Suda en a été troublé et a souhaité créer des œuvres d'art qui étaient uniques, mais ne nécessitaient aucune connaissance de la théorie de l'art contemporain. En effet, les techniques sculpturales autodidactes de Suda combinent les pratiques traditionnelles de sculpture avec des concepts modernes relatifs au rôle de l'art dans la vie quotidienne. Il est influencé par l'idée de poursuivre la tradition des grands maîtres sculpteurs japonais, en même temps que sa décision d'élever et d'afficher ces objets banals que sont les plantes et les mauvaises herbes défient nos idées préconçues de ce qu'est une «œuvre d'art». Ces sculptures font revivre les notions traditionnelles de la beauté et de l'artisanat d'art, invitant le spectateur à observer de plus près l'ornementation apparemment insignifiante qui peut être débusquée dans le quotidien.


Archives 1er semestre 2013