Archives 1er semestre 2014

Pierre Huyghe

Museum Ludwig, Cologne (Allemagne)

11.04 - 13.07.2014

Précédent Suivant

English
Deutsch



Traduction du communiqué de presse E-Flux


Le Musée Ludwig présente la première exposition de Pierre Huyghe en Allemagne, réunissant plus de 60 projets des 20 dernières années, incluant de nouvelles œuvres. Pierre Huyghe (né en 1962 à Paris), figure majeure de la scène de l'art contemporain international, a travaillé avec des situations basées sur le temps et a exploré le processus d'exposition à partir des années 1990 et au début des années 2000 avec des œuvres importantes comme Snow White Lucie, Timekeeper, No Ghost No Just a Shell,L'Expedition Scintillante et A Journey That Wasn’t.
















Bill Viola: Passions, Kunstmuseum Berne

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

Exposition du 11 avril au 13 juillet 2014. Museum Ludwig, Heinrich-Böll-Platz - 50667 Cologne (Allemagne). Ouverture du mardi au dimanche de 10h à 18h.










Ses œuvres épousent des formes aussi diverses que des systèmes vivants, des objets, films, photographies, dessins et musique. Au cours des dernières années, il a créé des systèmes d' auto-génération, y compris d’entités vivantes et d’objets, dont l'émergence et le rythme sont indéterminés. Ils sont présents dans deux projets ambitieux, The Host and The Cloud (2009-2010) et Untilled (2012). Dans The Host and the Cloud, une expérience en direct a été réalisée pendant un an dans un musée ethnographique abandonné. Un groupe de personnes ont été exposées à des situations réelles qui ont apparu par hasard dans l'ensemble du bâtiment. The Host and the Cloud est un rituel de séparation où les influences de la culture ont été exorcisées, amenées à la contingence, par une opération d'auto-génération. Certains témoins invités à entrer dans le bâtiment ont été laissés seuls pendant le déroulement de l’expérience. L’événement était filmé en parallèle.


Pendant dOCUMENTA (13), Pierre Huyghe a créé Untilled (Friche), un site de compostage au sein d'un jardin baroque, avec l’association non hiérarchique d’une sculpture de nu couché, la tête masquée par une ruche grouillante, des plantes psychotropes et aphrodisiaques, un chien avec une jambe rose, un chêne déraciné issu de 7000 Oaks, oeuvre de Joseph Beuys, entre autres éléments. Ce système de culture restait indifférent à la présence des spectateurs qui visitaient le site.

Pour la première édition de cette rétrospective, au Centre Georges Pompidou, l'exposition s'est enracinée dans les restes de la précédente, dédiée à Mike Kelley. Pierre Huyghe a utilisé les murs existants, déplacés et sectionnés afin d’installer ses œuvres. Pour la deuxième présentation, ou « occurence » au Musée Ludwig, les oeuvres attachées à leurs murs ont été coupées de leur environnement précédent et déplacées au Musée Ludwig, entrant en contradiction avec un autre contexte et dispositif d'exposition.

Pour l'artiste, l'exposition réunit un système dynamique de travaux d'intensité diverse, d'où devrait émerger la possibilité d'un événement. Pierre Huyghe a bénéficié de nombreuses expositions personnelles internationales dans des lieux comme la Tate Modern à Londres, le Solomon R. Guggenheim Museum de New York, le Pavillon français de la Biennale de Venise, les musées Van Abbemuseum d’Eindhoven et Reina Sofia à Madrid. Il a également participé à de nombreuses expositions collectives internationales telles les Documenta 11 et 13. Il a reçu le prix spécial du jury pour le Pavillon français de la Biennale de Venise (2001), le Prix Hugo Boss au Musée Guggenheim (2002), le Smithsonian Museum’s Contemporary Artist Award (2010) et le Prix Roswitha Haftmann (2013). Un catalogue en anglais avec un insert allemand est publié chez Hirmer Verlag, avec des contributions de Tristan Garcia, Emma Lavigne, Vincent Normand et l'artiste, ainsi que des textes d'introduction de Katia Baudin et Jarrett Gregory.

Conservateur sur le site du Museum Ludwig:Katia Baudin




Pierre Huyghe, Zoodram 4, 2011. Living marine ecosystem, aquarium, resin mask of "La Muse endormie" (1910) by Constantin Brancusi, 134.6 x 99.1 x 76.2 cm. Ishikawa Collection, Okayama, Japan. Courtesy of Pierre Huyghe; Marian Goodman Gallery, New York; and Esther Schipper. Photo: © Guillaume Ziccarelli.

Pierre Huyghe, Zoodram 4, 2011. Living marine ecosystem, aquarium, resin mask of "La Muse endormie" (1910) by Constantin Brancusi, 134.6 x 99.1 x 76.2 cm. Ishikawa Collection, Okayama, Japan. Courtesy of Pierre Huyghe; Marian Goodman Gallery, New York; and Esther Schipper. Photo: © Guillaume Ziccarelli.