Le laboratoire des glaces: nouvelles architectures et sciences en Antarctique

Archives 2ème semestre 2013

Le laboratoire des glaces
The Lighthall, Glasgow (R.U.)

26.07 - 02.10.2013

Museum of Science & Industry, Manchester (R.U.)

21.10.2013 - 06.01.2014


Précédent Suivant

English


Communiqué de presse

 

Commandée par le British Council et organisée par The Arts Catalyst, Le laboratoire des glaces : nouvelles architectures et sciences dans l’Antarctique est une nouvelle exposition itinérante internationale qui illustre comment l’architecture contemporaine innovante permet aux scientifiques de vivre et travailler dans l’un des environnements les plus extrêmes de notre planète.


L’exposition présente cinq créations originales pour les stations de recherche en Antarctique et débute à Glasgow pour se déplacer ensuite à Manchester puis hors du Royaume-Uni. De la station de recherche British Antarctic Survey Halley VI récemment ouverte au spéculatif Iceberg Living Station, Ice Lab offre aux visiteurs un panorama uniue de l’inspiration, de l’ingéniosité et de la créativité développée par l’architecture dans le lieu le plus froid, le plus venteux, le plus sec et le plus isolé de la terre.


Première exposition du genre, Lab Ice présente des dessins d’architecture, des maquettes, des photographies et des films qui donnent au visiteur une idée de ce qui est nécessaire pour vivre et travailler en Antarctique. Les sources d’inspiration des projets, comme les dessins originaux du collectif Archigram, Walking City, sont exposées ainsi qu’une nouvelle œuvre lumineuse et sonore commandée à l’artiste Torsten Laushmann. Cet artiste habitant Glasgow a créé cette œuvre en collaboration avec « We Made That », les designers de l’exposition.


Lab Ice se focalise sur les sciences de pointe diverses qui se développent sur le continent gelé - de la collecte d’anciennes météorites de 4,5 milliards d’années qui informent sur la manière dont le système solaire s’est créé au forage de carottes de glace dont les bulles d’ancien air révèlent l’histoire climatique de la terre ; de la coupe astronomique scrutant les ciels les plus purs du monde à l’étude de ses vallées sèches, élément le plus proche de Mars sur terre.










Exposition du 26 juillet au 2 octobre 2013. Architecture and Design Scotland, Level 2, The Lighthouse, 11 Mitchell Lane, Glasgow G1 3NU (R.U.).
Exposition du 21 octobre 2013 au 6 janvier 2014. Museum of Science & Industry, Liverpool Road - Castlefield - Manchester M3 4FP (R.U.)


Le laboratoire des glaces: nouvelles architectures et sciences en Antarctique

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2013. Tous droits réservés

Les projets présentés

British Antarctic Survey’s Halley VI. La première station de recherche polaire du monde entièrement déplaçable est devenue pleinement opérationnelle en février 2013 et dessine une nouvelle ère pour la recherche polaire au 21ème siècle. Ouvert 100 ans après les célèbres expéditions antarctiques du capitaine Scott, ce nouvel ouvrage d’art conçu par Hugh Broughton Architects et réalisé par AECOM (R.U.) répond à l’ambition du Royaume-Uni de rester à la pointe de l’effort scientifique. Situé à 10.000 miles de ce pays sur une étagère de glace flottante, la nouvelle station est conçue pour être autonome, capable de résister à des températures glaciales en hiver de - 55°c en ayant un impact minimal sur l’environnement vierge de l’Antarctique tout en étant un endroit esthétiquement stimulant pour vivre et travailler.

Princess Elisabeth Antarctica. Imaginée, conçue, construite et exploitée par la Fondation Polaire Internationale (Belgique), Princess Elisabteh est la première station à émission zéro de l’Antarctique. Perchée sur un nunatak à 200 km de la côte, à une altitude 1400 mètres, la structure en acier inoxydable aérodynamique peut résister à un vent fort sur l’Antarctique, et réalisée en couches de manière qu’aucune forme de chauffage intérieur ne soit nécessaire. La station intègre parfaitement l’énergie éolienne et solaire, des installations de traitement d’eau, des technologies de construction passive et un réseau intelligent pour maximiser l’efficacité énergétique.

Bharati Research Station. La troisième station de recherche indienne en Antarctique réalisée par Architekten/IMS (Allemagne) est une structure résolument moderne faite à partir de 134 conteneurs de transport préfabriqués. Enveloppée dans un boîtier d’aluminium spécial, sa grande surface vitrée offre une magnifique vue panoramique, tout en résistant aux vents puissants, à des températures en dessous de -40°, aux blizzards et aux charges insondables.

Jang Bogo. La Corée devient un acteur important dans la recherche antarctique et Jang Bogo, à travers Space Group (Corée du Sud) deviendra dans l’année l’une des plus grandes bases sur le continent quand il ouvrira en 2014. La triple conception aérodynamique de la station offrira une résistance aux intempéries et accueillera jusqu’à 60 personnes durant la saison estivale.

Iceberg Living Station. Avec le design prospectif de MAP Architects (Danemark) pour une future station de recherche construite entièrement en glace, Iceberg Living Station refuse l’utilisation de transporter des matériaux étrangers vers l’Antarctique. La station sera insérée sur un vaste iceberg en utilisant les chenilles Caterpillar traditionnellement utilisées pour déblayer la neige. Elle peut éventuellement fondre, résolvant le problème de la détruire à la fin de son cycle de vie.

Un programme d’animations aura lieu parallèlement aux expositions, avec des projections de films, des conférences, des ateliers en architecture, design, art et science.

Déclaration de Vicky Richardson, directeur architecture, design, mode au British Council : « La nouvelle vague des stations de recherche en Antarctique démontre l’inventivité de conception et d’ingéniérie nécessaire à la construction dans les conditions les plus extrêmes de la planète. Tout comme les scientifiques travaillant au niveau mondial dans l’Antarctique, ces bâtiments deviennent réalisables grâce à la coopération entre les nations. Il est donc tout à fait normal que le British Council soit devenu contributeur de cette exposition, qui sera en tournée au Royaume-Uni avant d’être diffusée à l’étranger. »